Une partie des colistiers d’Alain Mathieu. Photo Sébastien Gobert