<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> La vie locale à Jasseron


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale


Page

1

6
15/11/2019

Justice :Le camion frigo transportait 48 kg de cannabis

10/12/2019

Une antenne-relais de téléphonie mobile sera installée au Canton

13/12/2019

Naissance Bienvenue à Maël

13/12/2019

L’état du chemin de Tharlet inquiète les riverains

15/12/2019

Élections municipales : Sébastien Gobert candidat à l’élection municipale

16/12/2019

Élections municipales : Alain Mathieu va briguer un second mandat

17/12/2019

Le marché alimentaire inauguré en fanfare

20/12/2019

Naissance : Bienvenue à Maël

22/12/2019

Faire réagir les candidats grâce à la mobilisation citoyenne

27/12/2019

Carnet rose : Bienvenue à Coline

30/12/2019

Le marché a (déjà) trouvé sa vitesse de croisière

Le Progrès du 19/11/2019
Justice Le camion frigo transportait 48 kg de cannabis

Samedi 23 novembre, les douaniers ont intercepté un camion de transport frigorifique dans lequel étaient dissimulés des cartons remplis d’herbe de cannabis.

Samedi 23 novembre, en début de soirée, un camion de transport frigorifique d’une entreprise slovène s’est arrêté sur l’aire de repos de Jasseron, sur l’A 40.
Une équipe des douanes de Bourg-en-Bresse, bien renseignée, l’y attendait.
À l’intérieur de la remorque, outre plusieurs dizaines de palettes de marchandise diverses, se trouvaient vingt cartons bien dissimulés.
Ils contenaient des sachets thermo-soudés plein d’herbe de cannabis.

Une valeur de 485 000 € à la revente
Au total, il y avait 48,6 kg d’herbe de cannabis. Les douanes ont estimé qu’avec un prix de vente au détail de 10 € le gramme, il y en avait pour 485 000 €.
Le chauffeur routier, un ressortissant serbe travaillant en Allemagne, a été remis aux gendarmes qui l’ont placé en garde à vue.
Il a expliqué qu’il avait été recruté comme passeur par un autre chauffeur avec qui il venait de lier connaissance. Il lui avait proposé de charger le cannabis à Tarragone (Espagne) et de le convoyer jusqu’à une aire autoroutière à la frontière entre l’Autriche et l’Allemagne. Il devait être payé entre 8 000 et 10 000 €.
Le chauffeur se serait laissé tenter à cause de « difficultés financières ». Jugé lundi 25 novembre par le tribunal correctionnel de Bourg-en-Bresse, Bozidar Jankovic, 47 ans, a plutôt minimisé son implication. Malgré les questions pressantes de la présidente, il n’a pu expliquer pourquoi il était en possession de deux téléphones portables et d’une carte à puce. Ni comment il était censé contacter le commanditaire de l’opération pour lui remettre le cannabis.

Deux ans de prison
La représentante des douanes a réclamé qu’il s’acquitte d’une amende équivalente à la valeur de la cargaison transportée.
« Il est quand même curieux qu’un quasi inconnu lui confie une telle quantité de cannabis sans même le connaître », s’est interrogée la procureure Catherine Vaillant. La magistrate du parquet souhaitait « marquer les esprits pour éviter une réitération de ce genre de faits ». Elle a requis une peine de trois ans de prison, assortie d’un mandat de dépôt et d’une confiscation du camion et de la marchandise.
« C’est un homme sincère, estimait au contraire Me Yohann Foubert. Pendant sa garde à vue, il a reçu des textos qui montraient bien qu’il en savait peu sur ce trafic. »
Le tribunal a ramené la peine à deux ans de prison, avec mandat de dépôt, et avec la confiscation demandée par le parquet. Le prévenu a aussi écopé d’une amende douanière de 485 000 €.

Le Progrès du 10/12/2019

Une antenne-relais de téléphonie mobile sera installée au Canton

L’implantation d’une antenne-relais de téléphonie mobile dans un village peut parfois être contestée par le voisinage.

Afin d’éviter ce genre de problème et apporter les réponses nécessaires aux habitants concernés, le maire Alain Mathieu a pris les devants et accompagné de quelques élus a organisé samedi matin 30 novembre, une réunion d’information sur le terrain, au lieu-dit le Canton.

« Il était important de vous tenir au courant de la démarche engagée par l’opérateur Orange qui souhaite installer cette antenne dans votre secteur », a affirmé l’édile jasseronnais à la dizaine de personnes présentes.
Joseph Caprini, responsable territorial Ain Rhône de la société Orange a répondu aux questions et a apporté les précisions nécessaires.
« Nous n’installons pas des antennes pour le plaisir d’installer, tout est mûrement réfléchi, a-t-il assuré. Un accord a été passé entre l’État et les opérateurs afin de couvrir rapidement, comme c’est le cas ici, les “zones blanches” et les secteurs autoroutiers. Nous nous devons de travailler main dans la main avec la municipalité. »

De rares questions sur la nuisance des ondes électromagnétiques ont été posées par les riverains.
« Il ne faut pas avoir peur du nombre d’antennes-relais, rassurait le technicien et on ne se met pas où on a envie. Nous allons masquer au maximum cette installation. »

C’est sur un terrain communal jouxtant l’autoroute que cette antenne, d’une hauteur de 30 mètres devrait être implantée. Avant de commencer les travaux, un délai de 24 mois a été avancé par le technicien,

R.M..

 

Le Progrès du 13/12/2019

Naissance Bienvenue à Maël

Thomas Renoud, ouvrier, et Cindy Ollier, monitrice éducatrice, ont la joie d’annoncer la naissance de Maël, 2 ans et demi après celle de Charlotte.

Le petit garçon de 4,270 kg a pointé le bout de son nez vendredi 6 décembre, à 20 h 31, à la maternité de Bourg-en-Bresse.

 

Le Progrès du 13/12/2019

L’état du chemin de Tharlet inquiète les riverains

Cela fait près d’un an maintenant que le chemin de Tharlet suscite les plaintes des riverains. Problème, si la mairie a constaté le problème, la réfection doit être vue avec la municipalité de Bourg-en-Bresse, qui n’a pas inscrit cette dépense à son budget.

Depuis le début de l’année, les Jasseronnais qui empruntent le chemin de Tharlet, en voiture ou en deux roues, constatent une importante dégradation de la chaussée.

Une situation qui au fil du temps ne cesse d’empirer avec la crainte qu’un accident ne se produise.
Des riverains ont alerté la mairie qui a rapidement traité le dossier, sans qu’aujourd’hui la résolution du problème soit visible sur le terrain.
« Sur certaines portions, il est bien difficile de croiser un poids lourd. Lorsque je suis à vélo, je m’arrête quand j’entends un véhicule qui va me doubler de peur d’aller au fossé. J’ai déjà éclaté un pneu sur cette route », indiquent différents usagers.

Des vitesses jusqu’à 124 km/h
« Dès que nous avons été informés du problème nous nous sommes rendus sur place, explique L'adjoint en charge des travaux et de la voirie.
Au mois de mars, des comptages ont été réalisés donnant des chiffres assez surprenants : 300 véhicules empruntent, chaque jour, ce chemin avec parfois des vitesses bien au-delà de ce qui est autorisé (jusqu’à 124 km/h).
Des automobilistes qui passent par cette route d’une part pour éviter le centre-village de Jasseron et d’autre part parce que leur GPS les fait passer par là.
Autre point important, ce sont les poids lourds. Le tonnage est limité à 10 tonnes, mais des poids lourds de 38 tonnes ont été vus sur ce chemin. »
« La réfection s’élève à environ 60 000 euros »

Le passage important de véhicules sur cette voie qui n’est pas aménagée pour cela, la vitesse et les poids lourds qui n’ont pas spécialement à passer à cet endroit, font que la chaussée se dégrade de façon inquiétante.
« Le gros problème auquel la mairie est confrontée, poursuit l’adjoint, est que cet axe routier appartient à Jasseron et à Bourg-en-Bresse. Nous avons fait estimer le coût de la réfection, elle s’élève à environ 60 000 euros. Nous avons eu des réunions avec la Ville de Bourg, afin de partager les frais mais, pour l’instant, la seule réponse que nous avons est que cette dépense n’est pas inscrite à leur budget. »

R.M..

 

Le Progrès du 16/12/2019

Élections municipales :
Sébastien Gobert candidat à l’élection municipale

Commandant des pompiers professionnel, Sébastien Gobert annonce une liste paritaire et l’intention de se préoccuper du commerce de proximité.

En mars prochain, les Jasseronnais vont avoir le choix du bulletin qu’ils déposeront dans l’urne.
En effet, Sébastien Gobert présentera une liste qui rassemblera 20 colistiers, paritairement répartis entre hommes et femmes.
Âgé de 46 ans, le commandant de sapeurs-pompiers professionnel au SDIS de l’Ain (Service départemental d’Incendie et de Secours) connaît bien tous les rouages de l’administration puisqu’il travaille au sein du SDIS depuis de nombreuses années et forme régulièrement des personnels intégrant la fonction publique territoriale.

« Soutenir les acteurs économiques »

Habitant sur la commune depuis 2007, il s’est très vite impliqué dans la vie de son village en tant que correspondant local du journal Le Progrès pendant 5 ans et en s’investissant dans plusieurs associations.
« Je souhaite proposer une alternative à la politique menée par l’actuelle municipalité. Pour moi, la disparition des commerces sur la commune n’est pas une fatalité. Nous devons nous mobiliser pour soutenir les acteurs économiques sur notre territoire et ainsi proposer des services de proximité à nos concitoyens. Des partenariats peuvent être mis en place notamment avec la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie). »
Pour le candidat, l’heure est à l’implication citoyenne autour de projets mobilisateurs comme la création d’un city stade, depuis trop longtemps promis, ou la redéfinition du cœur de village.
« Nous actionnerons également les leviers qui nous permettront de favoriser des liens entre toutes les générations et rendrons à la jeunesse toute la place qu’elle mérite. Pour conduire cette dynamique, je me suis entouré de personnes venues d’horizons divers et variés, présentant un éclectisme propice au débat d’idées.
Parmi les colistiers, on retrouve des personnes reconnues sur la commune.
Certaines sont natives du village, d’autres sont arrivées plus récemment, elles sont issues du monde associatif jasseronnais et connaissent donc bien leur village.
Pour l’heure, nous travaillons ensemble afin d’affiner nos propositions et notre programme sur la base des préoccupations des habitants.
Dès les prochaines semaines, nous partirons débattre avec les Jasseronnais en organisant des rencontres dans les quartiers ainsi que des soirées thématiques, avec pour objectif de construire un avenir plus enthousiaste pour la commune, tout en lui préservant son identité de village ».

R.M..

Le Progrès du 16/12/2019

Élections municipales :
Alain Mathieu va briguer un second mandat

Le maire sortant de Jasseron se dit passionné par ce qu’il fait.
Il repart avec la moitié des élus actuels.

Arrivé sur la commune en 1999, Alain Mathieu a très vite intégré (en 2001) le conseil municipal comme adjoint aux côtés de Bernard Dupin (ancien maire).

Élu maire en 2014, l’édile Jasseronnais sera à nouveau candidat aux prochaines élections municipales de mars 2020. « C’est la passion qui fait que je me représente à nouveau, j’ai toujours souhaité m’investir pour mes concitoyens.

«Un peu comme un chef d’entreprise»

La loi NOTRe et le regroupement des communes ont peut-être perturbé certains maires, pour ma part en ayant intégré la nouvelle communauté d’agglomération du bassin de Bourg-en-Bresse (il est conseiller délégué au cadre de vie et à la collecte des ordures ménagères) beaucoup de points ont été positifs.
Être maire d’une commune c’est travailler un peu comme un chef d’entreprise. J’ai eu la chance durant ce mandat d’être entouré d’une équipe très compétente où chacun avait une place en rapport avec ses compétences. Un maire ne peut pas tout savoir, et tout gérer. Il y a toujours des choses à réaliser et le travail n’est jamais fini ».

Alain Mathieu a déjà bouclé une liste ou la moitié des élus actuels repartent avec lui.
« Lorsque l’on se représente, il est logique de dresser son bilan et le présenter aux habitants. Le travail n’a pas été facile avec une baisse (40 %) des dotations de l’État. Malgré cela nous avons réussi à réduire l’endettement de moitié. Durant mon mandat un médecin, un dentiste, des infirmiers, un ostéopathe se sont installés sur la commune contrairement à beaucoup d’autres communes de notre envergure. L’installation du numérique au groupe scolaire, l’extension du local des pompiers ou la création de la maison de la chasse et vie associative ont été réalisés durant ce mandat. Les habitants pensent parfois que les choses ne vont pas assez vite. Il est important qu’ils sachent que les projets prennent du temps et que nous dépensons l’argent en fonction de ce que nous avons ! Je ne suis pas un maire qui s’accroche à sa commune, le 15 mars prochain les Jasseronnais feront leur choix ! ».

R.M..

Le Progrès du 17/12/2019

Le marché alimentaire inauguré en fanfare

De nombreux Jasseronnais se sont retrouvés dimanche matin 15 décembre, au centre village à l’occasion de l’inauguration du marché alimentaire.


Il y avait foule sur la petite place et dans l’espace de la maison Saint-Joseph, du jamais vu. « On se croirait au marché de Bourg-en-Bresse », commentaient certaines personnes ravies de l’engouement créé par cet évènement.
« C’est une belle réussite, soulignait Gérald Tabouret, président de l’Union amicale commerciale et artisanale de Jasseron (UACAJ). Nous travaillons sur ce projet depuis le mois de mars. Aujourd’hui, 17 vendeurs sont présents et tout cela crée du mouvement et de l’animation, c’est ce que nous recherchions. Ce marché va peut-être redynamiser le commerce local. »

À l’image de la percée d’un mur de la maison Saint-Joseph, ce marché a pu s’agrandir permettant l’accueil d’un plus grand nombre de vendeurs.
« C’était impensable que notre établissement ne participe pas à ce projet, soulignait Dominique Gelmini, directeur. Nous essayons par tous les moyens de nous ouvrir vers l’extérieur et ce marché est une façon originale de le faire. Si cela peut aider le commerce de proximité, alors allons-y ! »

Le maire Alain Mathieu ne pouvait que se réjouir de voir une telle affluence. « La route a été longue pour arriver à ce résultat. Tout ne se fait pas aussi rapidement que l’on peut le souhaiter mais aujourd’hui c’est une belle réussite. »

R.M..

 

Le Progrès du 20/12/2019

Naissance Bienvenue à Maël

Romain Bouvard et Ophélie Derrier ont découvert leur nouveau rôle de parents mardi 10 décembre.

Leur petit Maël a dévoilé son minois à 15 h 30 à la maternité de Bourg-en-Bresse.

Il pesait alors 2,810 kg. Romain est plaquiste et Ophélie, assistante de direction.

Maël. Photo Progrès /M. CASTIGLIA

 

Le Progrès du 22/12/2019

Faire réagir les candidats grâce à la mobilisation citoyenne

Une dizaine de Jasseronnais, toutes étiquettes politiques confondues, a décidé de lancer un grand mouvement de mobilisation citoyenne, à l’approche des prochaines élections municipales.

Dans un contexte croissant de mobilisation citoyenne, une dizaine de Jasseronnais, indépendants de tout parti politique, ont engagé depuis quelques jours une démarche pour faire réagir les candidats aux prochaines élections municipales sur certaines idées.

Le but est de construire une commune plus écologique, solidaire et démocratique.
Ce groupe de personnes a d’ailleurs rejoint le « pacte pour la transition ».
« Nous avons déjà retenu 15 mesures »
Ce dernier est un projet national qui rassemble une cinquantaine d’organisations engagées sur le champ environnemental ou social.
La transition écologique et sociale doit se faire également à l’échelle locale et les échéances électorales de mars 2020 sont une étape décisive.
Partout en France, de nombreux habitants se sont déjà signalés pour porter ces revendications.
Sur le territoire du bassin de Bourg-en-Bresse le collectif pour la Transition Citoyenne (CTC 01) a décidé de relayer cette initiative auprès des 74 communes de l’agglomération du bassin de vie de Bourg-en-Bresse (CA3B).
À Jasseron, ces habitants ont pris les devants : « Nous sommes la commune la plus avancée, on s’y est pris très tôt. Nous avons déjà retenu 15 mesures (déplacements doux, fracture numérique, gestion du patrimoine), mais plus nous serons nombreux, plus nous aurons d’idées et plus nous pourrons peser sur les décisions. Le changement doit se faire par la base et nous ne sommes pas un cercle fermé. Les administrés doivent être les acteurs de l’organisation locale. Nous allons rencontrer chaque candidat pour clarifier les débats, les faire réagir et leur faire signer des pactes. Nous ne sommes surtout pas des donneurs de leçons ! », indique un membre du groupe.
Ce petit groupe espère bien que, dans les prochaines semaines, d’autres Jasseronnais les rejoindront afin d’apporter d’autres idées qui pourraient être mises en place sur la commune pendant la prochaine mandature.
« Sans être élu, tout le monde peut apporter sa pierre à l’édifice d’abord sur le plan local puis au niveau de l’agglomération où nos élus sont représentés », termine l’intéressé.

pacte-transition-jasseron@laposte.net

R.M..

Le Progrès du 27/12/2019

Carnet rose : Bienvenue à Coline

Bastien Perret et Marine Ponsard ont eu la joie d’accueillir Coline (3,475 kg) vendredi 20 décembre à 6 heures à la maternité de Bourg-en-Bresse.

Juliette, 2 ans et demi, est heureuse de poser à ses côtés.
Bastien est responsable de bureau d’études et Marine, chargée des relations extérieures.

 

Le Progrès du 22/12/2019

Faire réagir les candidats grâce à la mobilisation citoyenne

Trois semaines après son ouverture, les Jasseronnais semblent déjà avoir pris l’habitude de se rendre au marché, le dimanche matin. Une dizaine de vendeurs s’installent au centre du village.


Inauguré il y a tout juste quinze jours, le marché alimentaire de Jasseron installé en plein cœur du village connaît un engouement qui dépasse toutes les prévisions de ses initiateurs.
Dimanche 29 décembre au matin, malgré le froid et la grisaille, de nombreux Jasseronnais ont arpenté les allées de la place et du parc de la Maison Saint-Joseph où une dizaine de vendeurs étaient installés.

Les vendeurs sont satisfaits
Après ce troisième marché, les réactions positives sont unanimes. « C’est un bon début, soulignait Frédéric Cartier, ostréiculteur du bassin de Thau. Je viens au marché de Bourg-en-Bresse depuis cinq ans, le samedi, et c’est pour cela que je continue le dimanche ici. Je pense revenir régulièrement ».
« Ce sont des débuts encourageants, indiquait, pour sa part, la propriétaire de la GAEC “ Champ aux oiseaux ” de Marboz. Ici, on a affaire à des connaisseurs et en plus ils sont sympathiques ».
Pour Fatima Lahsimi qui produit et vend de la pâtisserie orientale, le constat est le même : « Les personnes commencent à nous connaître et à apprécier les produits ».

« Ce marché répondait à une attente »
Tout au long de la matinée, un flux continu d’acheteurs a investi le lieu à la plus grande satisfaction du Maire Alain Mathieu.
« Toutes les personnes que je rencontre sont très satisfaites. Ce marché répondait à une attente. Il y a du monde et de l’animation au cœur du village. Même si nous envisagions quelque chose de bien, aujourd’hui cela dépasse nos espérances. Les Jasseronnais ont adhéré, ils échangent, discutent, c’est tout ce qui fait les richesses d’un marché ».

Marché de Jasseron, chaque dimanche de 8 à 13 heures.

R.M..

 

 

Associative

locale