<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> La vie locale à Jasseron


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale


Page

1

2
04/03/21

Action altruiste par des jeunes sur le marché

06/03/21

Une banderole au centre du village interroge les passants et fait débat au conseil municipal.

03/04/21

Quels souvenirs pour les commerçants un an après le début du confinement ?

08/04/21

Du chocolat de Pâques pour les petits Jasseronnais

13/04/21

Du chocolat de Pâques pour les petits Jasseronnais

14/04/21

Clément Marmont se remet en selle, pour la saison de grand prix moto

15/04/21

Un gros œuf de Pâques au marché

19/04/21

Annabelle attend la fin du confinement avec impatience.

20/04/21

Les jeunes de la commune investissent le marché.

25/04/21

Contrôlés à 230 et 222 km/h sur l’A40

29/04/21

le nouveau radar est installé

Le Progrès du 04/03/2021
Action altruiste par des jeunes sur le marché

Ce dimanche, le marché dominical a retrouvé un peu son ambiance d’avant crise. Dans la bonne humeur et en musique, des jeunes ont investi le chalet des associations qui servait initialement de buvette associative pour proposer des crêpes aux clients de passage.

Le bénéfice de cette action permettra de soutenir l’association qui aide Mathias, jeune poly handicapé, à financer en partie son matériel médical.

Léane, jeune jasseronaise est accompagnée de quatre camarades de la Maison Familiale et Rurale de Pont-de-Veyle : Camille, Tom, Jules et Eva. Ils ont choisi cette action altruiste pour leur projet d’école de classe de terminale de bac pro de service à la personne.

Pour cela, ils ont créé une cagnotte sur internet et proposent leurs crêpes sur les marchés de Jasseron et de Pont-de-Veyle.

D.D.

Le Progrès du 04/03/2021
Action altruiste par des jeunes sur le marché

Depuis quelques jours, une large banderole affiche un message un peu mystérieux pour les non initiés et un numéro de téléphone sur une façade du centre du village.

Ce numéro de téléphone sans indication de titulaire permet de joindre une agence immobilière.

Contactée par téléphone, l’interlocuteur explique que le propriétaire qui souhaite vendre ce bâtiment, lui a demandé d’installer cette banderole avec le message affiché.

"il ne s’agit pas de créer une polémique " explique l’agent immobilier, "mais le propriétaire est déçu que la vente par préemption engagée par l’ancienne équipe municipale, ait été annulée par les nouveaux élus.
Il considère que le délai qui a couru entre la demande de préemption et son abandon, lui fait subir un préjudice financier. Il souhaite le faire savoir".

Cet abandon avait été expliqué par le maire lors de la réunion du conseil municipal du mois de novembre 2020.
Les services administratifs compétents, consultés sur le sujet n’annonçaient pas d’amélioration de la sécurité et l’investissement financier nécessaire à son acquisition et à sa démolition était très important.
Cette analyse avait débouché sur l’abandon du projet d’achat.

Lors du dernier conseil municipal du 2 mars, Gérard Mucke, conseiller municipal, regrettait que cette banderole reste en place.
"Certaines personnes imaginent que nous, les élus de la liste minoritaire, sommes à l’origine de cette action. Ce n’est pas le cas et nous souhaitons que cette banderole soit déposée pour éviter ces polémiques." affirme-t-il.

Le maire explique qu’il n’a pas le pouvoir de faire déposer cet affichage, tant qu’il ne crée pas de troubles à l’ordre public ou qu’il n’affiche pas de propos mensongers ou diffamatoires.

D.D.

Le Progrès du /04/2021
Quels souvenirs pour les commerçants un an après le début du confinement ?

Un an après le début de la crise de la COVID 19, les coiffeuses locales font le point sur leurs activités durant cette période

Il y a un an, nous étions tous confinés et les commerces tels que les coiffeurs n’ont pas ouvert leurs portes pendant plusieurs semaines.

Le souvenir de cette période qui peut paraître pour les professions libérales, a priori, anxiogène, ne laisse, finalement pas un souvenir si négatif qu’on aurait pu le penser pour nos deux coiffeuses locales.

Sandrine du salon Khéops et Emmanuelle sa voisine du salon R’coiff, ont apprécié les mesures gouvernementales qui ont été prises durant cette période d’inactivité. "L’état nous a bien aidées pour surmonter financièrement la crise et nous en sommes reconnaissantes" nous confient-elles.

"De plus, j’ai profité de cette période de vacances forcées pour travailler sur mes sketchs, et les mettre en ligne sur les réseaux sociaux", ajoute Sandrine, qui n’a pas normalement autant de temps pour assouvir sa passion de théâtre humoristique.

Toutes deux ont été surprises et émues de constater comme leurs clients les attendaient à la reprise. Les semaines qui ont suivi les confinements ont été chargées en activités et les journées de travail se sont allongées pour répondre à la demande.

Très attendues par les clients
"finalement, même si nous ne sommes pas classé "métier essentiel" pour cette crise sanitaire, on l'est tout de même un peu..." ajoute Emmanuelle.

Par contre les habitudes des clientes et des clients ont changé. Beaucoup ont abandonné les couleurs pour laisser les cheveux blancs pousser naturellement.

De même, les évènements comme les mariages ou les diverses fêtes qui faisaient venir les clients pour des coiffures ou de simples brushings, n’ont plus lieu et les rendez-vous chez le coiffeur s’en ressentent.

D.D.

Le Progrès du 08/04/2021
Du chocolat de Pâques pour les petits Jasseronnais

En 2019, pour Pâques, les Amis de Jasseron organisaient une chasse aux œufs dans le parc de la maison de retraite.

ll’an dernier, en 2020, le premier confinement privait les enfants de cette animation qui avait connu un vrai succès.

Cette année, les Amis de Jasseron et la mairie de Jasseron ont baissé les bras face aux contraintes sanitaires pour cette année.

Afin de ne pas priver les enfants de cette fête gourmande, Pierre Comte, chocolatier local et Michael Guillot agent immobilier, également local, se sont associés pour offrir aux enfants qui venaient au marché, des petits animaux en chocolat.

Installés dans le chalet associatif pour distribuer ces gourmandises, ils ont également proposé aux adultes un jeu autour d’un gros œuf en chocolat.

Une façon de marquer la tradition de ce dimanche de Pâques malgré le contexte sanitaire compliqué.

D.D.

Le Progrès du 13/04/2021
Clément Marmont se remet en selle, pour la saison de grand prix moto

Clément Marmont, fait partie des jeunes jasseronais qui ont réussi dans leur passion sportive.

À 34 ans il est bien installé dans sa vie familiale et professionnelle. Quatre ans après sa dernière course de moto, il se prépare pour faire rugir, de nouveau, les 1 000 cm³ des motos de compétitions. Il nous reçoit pour partager son envie de reprise de la compétition.

Une passion pour la moto depuis sa plus tendre enfance
"J’ai commencé mes courses de motos en 2001" nous confie-t-il," mais je fais de la moto depuis que je suis tout petit. À 4 ans je m’entraînais sur des petites mobylettes, puis à l’âge de 13 ans, mon père m’accompagnait pour mes premières courses toujours en petite cylindrée".

Une fin de carrière sportive difficile et un changement de mode de vie
À la suite de deux chutes en 2016 et 2017 où il se casse plusieurs vertèbres deux fois de suite. il décide d’abandonner la compétition définitivement.

Clément se consacre alors à sa conjointe et ses enfants. Il s’installe, à Jasseron, dans une maison qu’il rénove pour apprécier la vie de famille.

Il s’investit également dans son métier de technicien d’entretien industriel chez Renault Trucks à Bourg et un jour par semaine, il donne des cours à des élèves en formation de maintenance au Lycée Carriat.
Il apprécie le soutien que lui a fourni son employeur dans sa passion en lui laissant des disponibilités pour participer aux compétitions.

En route pour une nouvelle carrière.

Quatre ans après avoir lâché le guidon de la moto, l’idée de savoir s’il est toujours capable de renouer avec la compétition lui passe par la tête.
Sans trop d’espoir, il contacte tout de même quelques écuries de compétition pour leur proposer son expérience.
Il a le plaisir de recevoir une réponse positive de l’équipe Slider Endurance de Nantes qui lui permet de courir sur une Yamaha.

Il peut donc, à nouveau, être engagé, dans une des 50 équipes concurrentes, pour l’intégralité du championnat du monde d’endurance en catégorie stock, qui le ferait courir pour les 24 heures du Mans, en Allemagne, au Portugal et au Bol d’Or.

Après avoir hésité, car un mois seulement le sépare de la première compétition au Mans, il accepte. Il renouvelle son équipement vestimentaire de compétition et se fait aider pour se remettre à niveau physiquement et mentalement.

Il y a 15 jours les premiers essais officiels des 24 heures du Mans ont prouvé que Clément a toujours sa place parmi les meilleurs puisqu’il réalise le meilleur temps de son équipe.
"finalement, je me suis rendu compte que je n’ai pas perdu les automatismes et que je roule même plus vite que lorsque j’ai arrêté" nous dit-il.

Malheureusement les 24 heures du Mans qui devaient se dérouler les 17 et 18 avril ont été reportées. Clément va bénéficier d’un peu plus de temps pour se préparer.

Clément Marmont, un beau palmarès

Clément a participé à plusieurs championnats du monde d’endurance dont font partie les courses des 24 heures du Mans ou au Bol D’Or.
Il a couru durant 17 ans sur circuit de moto.
Il a été sacré 3 fois Champion de France en 2007, 2009 et 2014
Il a couru plusieurs années en championnat de France Superbike (catégorie reine)
Parallèlement au championnat de France, il participe aux courses d’endurance.
Cette passion n’est pas gratuite et Clément est à la recherche de sponsors qui pourraient l’aider à boucler son budget.

D.D.

Le Progrès du 15/04/2021

un gros œuf de Pâques au marché

Ce dimanche, sur le marché, Bruno Guillermin de Jasseron a eu le plaisir de recevoir le lot promis par les consultants Immobiliers indépendants locaux Myriam Chapuy et Mickael Guillot au gagnant de leur animation sur le marché, dimanche dernier.


En présence de Cendrine Lohez et de Raphaël Piroud de la municipalité et de Pierre Comte, les deux commerçants ont remis à l’heureux gagnant, un gros œuf au chocolat confectionné par la chocolaterie Comte de Jasseron.

En remerciant les commerçants qui ont organisé cette animation, Bruno Guillermin les a félicité pour l’animation organisée pour les enfants le dimanche de Pâques sur le marché en leur offrant des petits chocolats."

La commission du marché lance actuellement le "défi du dessin" pour les enfants.
Ceux-ci sont invités à leur faire parvenir un beau dessin sur le marché.
Le gagnant verra son dessin affiché sur le site du marché.

D.D.

Le Progrès du 19/04/2021

Annabelle attend la fin du confinement avec impatience.

Le confinement actuel ne fait pas le bonheur d’Annabelle qui ne peut proposer ses produits artisanaux sur le marché hebdomadaire. Elle le fait savoir, malgré tout avec le sourire en s’affichant avec une banderole humoristique.

Effectivement, si certains commerces peuvent toujours proposer leurs produits au marché, celui d'"Au Bonheur Des Coquettes" avec ses objets de coquetterie est interdit de banc public.

Aussi, se retranche-t-elle derrière le commerce en ligne sur son site internet ou sur les réseaux sociaux pour maintenir autant que possible son activité professionnelle.

D.D.

Le Progrès du 19/04/2021

Les jeunes de la commune investissent le marché.

Ce dimanche, au cours d’un marché bien fréquenté, notamment par la jeunesse, le chalet des associations était ouvert et occupé par la nouvelle association des jeunes de la commune qui proposaient des crêpes confectionnées sur place afin de se créer un fond de trésorerie.

"Nous avons voulu créé une association pour que les jeunes à partir de 12 ans puissent se retrouver dans le village plutôt que de rester coincer sur leurs écrans" nous explique Florian Delrieu, jeune conseiller municipal et président de la nouvelle association.
"Nous allons nous regrouper pour monter des projets comme, par exemple, aller rencontrer nos aînés à la maison de retraite, ou organiser une autre journée crêpes pour les anciens Combattants. Nous pouvons déjà compter sur une quarantaine de jeunes pour cela" continue-t-il.

La municipalité a mis à la disposition des jeunes deux pièces d’une maison inhabitée pour qu’ils puissent se retrouver à l’abri.

À l’extérieur, les travaux qui viennent de démarrer autour de la salle des sports pour créer des espaces ludiques et sportifs vont leur permettre de s’oxygéner et de se dépenser à leur guise.

D.D.

Le Progrès du 25/04/2021

Contrôlés à 230 et 222 km/h sur l’A40

Un week-end pied au plancher pour les gendarmes de l‘Escadron départemental de sécurité routière de l’Ain. Ce dimanche après-midi, ces derniers ont intercepté deux véhicules contrôlés respectivement à 222 et 230 km/h.

Au niveau de Jasseron
Ces deux grands excès de vitesse ont été constatés coup sur coup sur l’autoroute A40, au niveau de Jasseron, dans le sens Genève/Mâcon.

Les deux conducteurs, pris en chasse par l’équipe rapide d’intervention du peloton motorisé, ont cessé leur course folle à la vue du gyrophare de la Mégane RS lancée à leur poursuite. Leurs véhicules, une Volkswagen Sirocco et une Mercedes A45 ont été immobilisés sur les lieux de l’infraction.

Les deux conducteurs se sont aussi vus notifier la rétention immédiate de leurs permis de conduire.

Après une convocation à la gendarmerie, ils devront répondre de leurs actes, devant la justice.

Py.R

Le Progrès du 29/04/2021
le nouveau radar est installé

À l’entrée de Jasseron par la route de Bourg, une étrange sensation de vie au ralenti surprend le piéton.

Depuis quelques jours, le radar tourelle est en place et les habitudes ont changé. Devant l’œil qui surveille la vitesse, la route est devenue plus silencieuse et la circulation plus calme.

Les riverains sont sensibles à ce nouvel environnement.
"Depuis que le radar est installé, ça roule beaucoup moins vite. On constate bien moins de bruit, surtout lors du passage des motos et des camions. C’est appréciable." nous confie Nicole, voisine directe de l’objet encensé ou décrié dans les conversations des Jasseronnais et sur les réseaux sociaux.

"C’est vrai que les véhicules passent au ralenti, et que le bruit de la circulation a bien baissé" constate Cyril, chauffeur de camion lui-même et habitant du lotissement juste au-dessus du radar.
"le problème, c’est qu’en habitant à côté, nous passons souvent devant. Nous avons donc plus de probabilité de faire l’erreur de dépasser un peu la vitesse autorisée, et de nous faire prendre. De plus ces nouveaux appareils ne flashent plus. On a toujours des doutes…" continue-t-il.

Un outil utile à la sécurisation des entrées du village

Ce radar a remplacé celui qui était présent plus bas en direction de Bourg. La municipalité a sollicité les services de la préfecture qui devait le réinstaller pour le déplacer à l’entrée du village.
"La commune n’aura pas de revenus directs de ce radar" précise le maire. "Le produit des amendes des radars alimente un compte du conseil départemental qui est utilisé pour allouer des fonds aux communes qui réalisent des travaux de sécurisation des axes routiers. Pour Jasseron, nous allons demander des subventions pour les projets de sécurisation aux entrées du village actuellement en cours."

Ce radar permettra également de protéger la voie douce en direction du complexe sportif, en cours d’étude et qui passera à son pied.

D.D.

 

 

Associative

locale