<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> La vie locale à Jasseron


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale


Page

1

4
02/08/21

Une terrasse éphémère au centre du village

02/08/21

L'équipe cynotechnique du SDIS en exercice à Jasseron

15/09/21

Noces de diamant pour Odette et Jean Galle

30/09/21

Bienvenue à Théo

27/10/21

Une esthéticienne s'est installée à Jasseron

Le Progrès du 02/08/2021

Une terrasse éphémère au centre du village

Malgré la fontaine qui l’agrémente, et ses arbres qui la protège du soleil en été, la petite place du village était triste depuis le déplacement du marché sur la place André Galland et la fermeture du dernier bar du village.


Dans sa volonté d’animation commerciale du centre du village, et de développement des services aux habitants, Gérald Tabouret, le patron du comptoir gé-néral, véritable caverne d’Ali Baba des services, a souhaité donner de la couleur à cet espace coquet.
À côté de la cabine téléphonique récemment inaugurée, servant de "boîte à livres" et avec l’accord de la mairie, il a disposé des tables et des chaises couleur turquoise qui vont permettre aux promeneurs de passage de se reposer un peu à l’ombre, en consommant les divers encas que propose Gérald dans sa boutique ou provenant de la boulangerie voisine.

D.D.

Le Progrès du 02/08/2021
L'équipe cynotechnique du SDIS en exercice à Jasseron

Ce jeudi après-midi, un groupe de véhicules de secours était stationné à côté du complexe sportif.
A côté de ces véhicules, des pompiers et des jeunes étaient accompagnés de leurs chiens pour réaliser des exercices hebdomadaires d’entraînement.

Sept chiens, de race Malinois ou Border Collie, qui font partie des équipes cynotechniques du SDIS de l’Ain étaient présents pour se perfectionner à la recherche de personnes dans la forêt de Jasseron.

En plus, deux bébés chiens de deux mois qui ont intégré l’équipe récemment étaient également sur place avec leur maître pour commencer leur apprentissage. Les duos viennent de différentes communes du département comme Chalamont, Ferney-Voltaire, Ambérieux-en-Dombes

"Pour ces petits chiens, le but de ces entraînements est la sociabilisation pour aimer les gens, ne pas avoir peur des divers bruits et qu’ils puissent travailler ensemble et développer leur odorat" explique Caroline, conseiller technique, "on les fait beaucoup jouer car le chien doit considérer les recherches non pas comme un travail mais comme un jeu" continue-t-elle.
Les séances hebdomadaires se déroulent sur différentes communes du département afin de permettre aux équipes de se familiariser avec tous les environnements géographiques du département sur lesquels ils sont appelés à intervenir.

Un système bien organisé pour une meilleure efficacité

Le deuxième objectif de cette réunion à l’extérieur était de contribuer à la formation de Olivier, futur chef d’unité, qui devra coordonner les autres équipes cynotechniques lors des interventions.
Lors d’une opération de secours, le chef de groupe qui commande tous les pompiers, va s’appuyer sur le chef d’unité cynotechnique pour la recherche avec les chiens.
Un chef d’unité gère au maximum trois équipes cynotechniques.
Dans l’Ain, Le SDIS compte 11 équipes de chiens sur le département, dont deux jeunes conductrices qui viennent d’intégrer le groupe.
Ils se déplacent beaucoup dans le département pour découvrir et s’habituer aux différents milieux.
Les chiens font de la recherche de personnes égarées dans la nature, de victimes ensevelies par des coulées de neige, de boue ou dans des effondrements, Ils sont également mobilisés pour la recherche de noyés.

D.D.

 

Le Progrès du 15/09/2021
Noces de diamant pour Odette et Jean Galle


Ce samedi, 11 septembre, Odette et Jean Galle ont fêté en famille leurs soixante années de mariage.

Le 21 octobre 1961, Odette et Jean Galle célébraient leur mariage en l’église de Illiat.

Jean travaille comme jeune agriculteur à Saint-Didier-sur-Chalaronne dans la ferme familiale.
À 28 ans, l’année de son mariage, suite à une formation, Il devient conseiller agricole et intègre les services de la maison de l’agriculture pour conseiller les agriculteurs jusqu’à sa retraite en 1993.

Son rayon d’action s’étendant sur un secteur couvrant la vallée du Suran et une partie du Revermont, c’est à Jasseron qu’il choisit de s’installer avec Odette dans des appartements en location avant de faire construire une maison, route de Meillonnas.

Odette, qui travaille comme aide familiale rurale à Vonnas jusqu’à son mariage, suit son mari à Jasseron. Elle deviendra maman au foyer afin d’élever ses sept enfants.

Ainsi Christine, Didier, Philippe, Hervé, Béatrice, Élisabeth et Olivier ont grandi dans ce village du Revermont dans lequel ils ont beaucoup de souvenirs de jeunesse.

Une vie active et passionnée à Jasseron

À Jasseron, Jean s’investit dans la commune durant 30 années comme élu municipal aux côtés de Bernard Chanel, maire.
Il pratique la musique et crée, vers la fin des années 80, le groupe "les musiciens du soir".
Il joue également dans l’harmonie de Ceyzériat et dans des groupes de trompes de chasse à Bourg.
Il écrit des articles dans des journaux locaux.
Odette se tourne vers le sport pour accompagner avec passion ses enfants notamment sur les tournois de basket durant les années où ce sport était très actif à Jasseron.

Retour aux sources pour le soixantième anniversaire de mariage.

Ce samedi 11 septembre, c’est à Saint-Didier-sur-Chalaronne, au même restaurant que leur repas de noces, qu’Odette et Jean ont souhaité regrouper famille et amis pour fêter leurs noces de diamant à quelques jours du 60e anniversaire de cet évènement.

Auparavant, Ils sont passés visiter le relais marinier du Port Jean Gras, berceau de la famille Galle depuis que Pierre Galle, ancêtre de Jean et soldat de Napoléon a acquis cette propriété en 1820.

Dans l’après-midi, ils sont passés prendre une photo de famille à l’église de Illiat pour montrer à leurs 12 petits enfants, le lieu de leur union.

D.D.

Le Progrès du 30/09/2021
Bienvenue à Théo

Émilie Darbon (née Dilas) et son époux Florent ont la joie d’annoncer la naissance de Théo.

Le petit garçon a dévoilé son beau visage lundi 27 septembre 2021, à 8 h 33, à la maternité de Bourg-en-Bresse.

Il pesait alors 4,510 kg.

Son frère Eliott, 2 ans, l’a bien accueilli et est très heureux de le présenter.

Émilie est assistante planification et Florent est technicien de maintenance.

Le Progrès du 27/10/2021
Une esthéticienne s'est installée à Jasseron

À l’entrée du village côté Bourg, au 11 rue Charles-Robin, une pancarte nouvellement posée indique la présence d’un institut de beauté.

Dans cette maison rénovée et agrandie, Laurine Perret, jeune maman, vient d’emménager en août avec son conjoint et ses deux très jeunes enfants.

"J’ai passé mes diplômes professionnels d’esthéticienne et cela fait 9 ans que j’exerce mon métier" nous confie-t-elle. " je suis, tout d’abord, restée six ans comme salariée dans un institut de beauté. Je me suis ensuite installée à mon compte à Montcet où j’ai exercé durant 3 ans dans des locaux en location. À Jasseron, dans la maison que nous avons achetée, j’ai réservé pour l’instant une salle pour exercer mon métier. Dans les mois à venir, nous allons restaurer des bâtiments présents dans notre cour pour que je puisse m’installer dans des locaux indépendants." continue-t-elle.

Des prestations diversifiées

Laurine propose des soins du visage avec des cosmétiques végétales, des soins des ongles, de l’épilation, des massages et bien d’autres prestations d’esthétique.
"Je n’ai pas vraiment de spécialisation mais à Montcet, je réalisais beaucoup d’extensions de cils. À Jasseron, j’ai beaucoup de demandes pour des soins détente, ou des soins du visage. Les besoins ne sont pas identiques d’une commune à l’autre."

Elle est joignable par téléphone au 06 80 02 28 41.

D.D.

 

 

Associative

locale