<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> les aventures


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale



Page

1

4
Le Progrès du  
02/01/09

Une jasseronaise à l’autre bout du monde

18/04/09

Un champion de l’Ain à Jasseron

juin 09
Je lis avec mes oreilles Montagnes et Vallées
décembre 09
"J'étais âgé... malade... et vous m'avez visité " Montagnes et Vallées

Le Progrès du 02/01/2009
Une jasseronaise à l’autre bout du monde

Céline est une jeune jasseronaise partie en Chine pour suivre son mari.

Lors d’un récent séjour chez ses parents, elle a bien voulu répondre à nos questions.

Depuis combien de temps et pourquoi te trouves-tu si loin de ton Revermont natal ?
Cela a fait plus de 2 ans en septembre que je réside en Chine du sud, plus précisément à Shenzhen, ville nouvelle qui se situe dans le Guangdong à la frontière avec Hong Kong.

Si je suis ici, c’est parce que j’ai suivi mon mari à qui son entreprise a proposé de partir pour 3 ans.

En effet, comme beaucoup d’entreprises françaises, la sienne produit essentiellement en Chine du sud ; c’est ainsi que la décision de créer un bureau à Shenzhen a été prise.

Lorsque ce projet de partir lui a été proposé, nous n’avons pas hésité longtemps puisque cela représentait une bonne expérience pour lui et que nous aimions tous les deux voyager.

Comment se passe ce séjour dans un pays si culturellement différent de la France ?
La vie en Chine n’est pas toujours évidente car la culture, la mentalité et la langue chinoise sont très différentes de celles des français.

Il nous a fallu un temps d’adaptation.
Mon mari a commencé à travailler 2 jours après notre arrivée.

En ce qui me concerne, la première année a été consacrée à l’apprentissage du mandarin, indispensable pour pouvoir s’intégrer et essayer de communiquer avec la population locale, et à rencontrer du monde.

Heureusement, en Chine, et donc à Shenzhen, il y a de plus en plus de couples étrangers qui viennent s’installer donc il y a de nombreuses femmes qui sont dans mon cas.

De plus, la communauté française est assez importante à Shenzhen donc cela nous a beaucoup aidé.

Les français sont assez solidaires ici.
La première année, j’ai fait du bénévolat dans un des orphelinats de Shenzhen.

La deuxième année, j’ai trouvé un travail.
Depuis, tous les matins, j’enseigne le français langue étrangère dans une école à de jeunes adultes chinois désireux, pour la plupart, de poursuivre leurs études en France.

Cela me plaît beaucoup d’enseigner ma langue et ma culture et les cours sont de vrais moments d’échange avec les étudiants chinois.

Les après midi, je travaille dans une association française, que les parents expatriés ont créée, où je fais du soutien scolaire aux enfants français.

A Shenzhen, il n’y a pas d’école française donc les enfants étudient soit à l’école chinoise, soit dans les écoles internationales donc ils pratiquent très peu le français.


Quelles opportunités t’offre cet éloignement ?
Même si la vie en Chine n’est pas toujours facile, ce séjour nous offre quand même de bons moments et des opportunités que nous n’aurions pas en France.

Premièrement, nous avons l’occasion de visiter et de voyager dans des pays dans lesquels nous n’aurions jamais pensé aller, du moins pas de sitôt. Avant de partir, l’Asie nous paraissait loin !

La Chine, c’est grand donc nous essayons de visiter le plus de régions possible.
Le fait d’habiter à la frontière avec Hong Kong, et donc de son aéroport international, nous donne l’occasion de voyager facilement dans d’autres pays d’Asie. En Effet, à moins de 3h de cette ville se situent les principales capitales d’Asie du Sud Est.

Comme je l’ai dit précédemment, le fait de venir passer trois ans à Shenzhen nous a offert l’opportunité de s’ouvrir à une culture très différente de la notre et d’apprendre une langue qui nous paraissait inaccessible en France. Aujourd’hui, on parle de plus en plus de la Chine et des chinois dans le monde, et ce, pour différentes raisons.

Je trouve donc intéressant de vivre dans ce pays, ce qui me permet de mieux comprendre les chinois.
Il y a ce que les médias (chinois et étrangers) montrent et ce qu’il se passe réellement ici…

Comment voit on notre pays, notre région, notre village lorsqu’on est si loin et est-ce que l’on peut se tenir au courant des évènements qui s’y déroulent ?
En voyageant et en résidant dans un autre pays, qui plus est si différent du notre, nous donne inévitablement l’occasion de prendre du recul par rapport à notre propre pays et culture.

Nous arrivons à suivre les actualités grâce à Internet et à TV5 monde.
En regardant les informations sur la France je me dis que, même si notre pays a ses problèmes et connaît des périodes difficiles, nous ne sommes quand même pas si mal que ça en France…

En effet, les français ont le droit de faire grève, de manifester, le système de santé est bon, les conditions de travail en France sont quand même bonnes etc…

Ici, comme tout le monde le sait, les chinois n’ont pas le droit d’exprimer leur mécontentement (même si les choses commencent à changer lentement puisqu’il commence à y avoir des manifestations mais cela, nous le savons grâce aux médias étrangers…).

Juste en face de notre résidence se construit la future plus haute tour de Shenzhen. Cela nous donne l’occasion de voir les conditions de vie des ouvriers.

Pour la plupart, ce sont des hommes qui migrent à Shenzhen 2 ou 3 ans, le temps du chantier.

Ces hommes là vivent dans des préfabriqués et partagent à quatre ou six une chambre. Je doute que les conditions de vie soient confortables.

Souvent, ces ouvriers ne voient pas leur famille durant tout le temps du chantier, car un retour dans leur province d’origine leur coûterait trop cher, mais ces quelques années passées ici leur permet de gagner de l’argent et de faire vivre leur famille.

Autrement, en ce qui concerne la vie de mon village natal, je suis son actualité et son évolution grâce au site web de la commune ainsi que du site le jasseronet qui, malheureusement n’est pas toujours accessible depuis la Chine.

Sinon, mes parents, que je contacte régulièrement, me tiennent au courant de ce qu’il se passe à Jasseron. C’est important pour moi de garder contact avec Jasseron et ses habitants.

Comment est ce que les chinois perçoivent la France et les français ?

En général, la France et les français sont assez bien vus en Chine.

Lorsque des chinois me demandent d’où je viens et que je réponds que je suis française, les mots qui leur viennent à l’esprit sont « Les français sont romantiques », ou « zidane », « Paris » et depuis quelques temps… « Sarkozy »… on me demande même si je le connais !…

On a connu quelques petites difficultés au printemps dernier lorsque les relations entre nos deux pays se sont un peu détériorées mais en général la France et la langue française attirent toujours autant les chinois.

Le nombre de jeunes chinois qui souhaitent poursuivre leurs études ou travailler en France ne cessent d’augmenter.

Les chinois voit la France comme un pays où il fait bon vivre.

Le Progrès du 18/04/2009
Alain Deanjean, champion de l’Ain à Jasseron

Alain Danjean est un pompier actif de Jasseron.

Il participe aux secours assurés par le Centre de Première Intervention de Jasseron, aux manifestations organisées par l’amicale et surtout il est présent autant que possible le vendredi soir en hiver, avec ses camarades, pour l’escapade nocturne de course à pied « à la frontale ».

Il faut dire qu’à Jasseron, chez les pompiers, le sport, surtout les compétitions inter centre de secours c’est sacré et les résultats sont là.

Le bilan réalisé chaque année lors de l’assemblée générale en atteste.

A la retraite professionnelle depuis trois ans, Alain aurait également pu demander sa retraite de pompier. Mais lorsqu’on est en pleine forme physique, on n’a pas vraiment envie de s’arrêter, surtout quand on est encouragé par ses collègues.

Et c’est tant mieux, car Alain, avec ses 58 ans, court mieux que ses cadets qui peuvent avoir jusqu’à 8 ans de moins.

Sélectionné depuis de nombreuses années au championnat national de cross des pompiers, il a encore réalisé cette saison une belle performance.

Terminant dans les 5 premiers de sa catégorie vétéran 2 (plus de 50 ans) au cross départemental à Culoz, il se qualifie pour les championnats de la région Rhône-Alpes-Auvergne à Commentry dans l’Allier où il termine en tête de la compétition.

Entouré et stimulé par son fan club jasseronais qui a fait le déplacement en nombre à Avignon pour le championnat de France le 28 mars dernier, il s’attribue une très honorable 39ème place sur trois cent soixante douze participants.

Alain était encore présent samedi 11 avril à Péronnas pour participer au parcours sportif des pompiers.

Bénéficiant actuellement des nouvelles dispositions qui permettent aux pompiers de continuer leur activité au-delà de 55 ans, jusqu’à 60 ans, il souhaite tout de même se mettre au repos à la fin de l’année.

Mais avec une telle forme, qu’est ce que deux ans de plus pour aller jusqu’au bout ?

Et peut-être encore de nouveaux titres de champion de l’Ain.

D.D.
Montagnes et Vallées juin 2009
Je lis avec mes oreilles


Jean-Paul Pobel et Marc Gadiolet.

Montagnes et Vallées décembre 2009
"J'étais âgé... malade... et vous m'avez visité "


Jean Galle




 

Associative

locale