<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> les aventures


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale



Page

1

6
Le Progrès du  
17/06/13

Nathan Maréchal : champion de tir à la carabine

21/07/13

Guillaume Fort : un magicien à découvrir

15/09/13

4L Trophy : l’équipage 1 523 recherche une voiture et des sponsors

20/09/13

Laurent Tissot a fini son troisième Tor des géants

12/10/13

Cinq chirurgiens en automobile font revivre l’Histoire

16/12/13

Un travail d’orfèvre pour cet ébéniste

Le Progrès du 21/06/2013
Nathan Maréchal : champion de tir à la carabine

C'est dans un sport atypique que s'illustre Nathan Maréchal : le tir sportif à la carabine, 50 mètre, 60 balles, couché.

Et il s'y illustre plutôt bien au regard de ses derniers résultats.

En effet, ce jasseronnais, âgé de 16 ans seulement, est devenu champion de la ligue du lyonnais, dans sa catégorie.

Ce qui est remarquable, c'est qu'il exerce ce sport depuis deux ans seulement ce qui laisse espérer une grande marge de progression qui se confirmera peut-être, le 23 juin à Lyon, lors du concours régional, concours qualificatif pour le championnat de France.

Pour atteindre cet objectif, Nathan s’entraîne assidûment près de 4 h 30 par semaine.

Ce sport qui nécessite adresse, concentration, discipline permet à ce jeune champion de s'épanouir dans cette activité qu'il considère également comme très physique

S.G.

Le Progrès du 21/07/2013
Guillaume Fort : un magicien à découvrir

Parmi ses plus de 1500 habitants, Jasseron possède un magicien en la personne de Guillaume Fort.

Cet habitant du lotissement des Bonnes Terres pratique cet art depuis près de 18 ans après avoir effectué une année d'école et suivi un apprentissage approfondi.

Depuis, il effectue des spectacles de magie, des show, des animations pour enfants, des sculptures sur ballons ou encore des close-up.

Cette dernière discipline signifiant « gros plan » en anglais, consiste à se produire très près des spectateurs.

C'est d'ailleurs celle que Guillaume préfère exercer car elle repose sur l'habileté, l'adresse et la manipulation.

Le succès de ses représentations l'ont conduit à créer sa micro-entreprise mais à titre extra-professionnel.

En effet, il n'est pas question pour lui d'en faire son métier mais bien de conserver ses talents de prestidigitateur pour son propre plaisir et celui des autres.

Pour preuve, son activité ne fonctionne que grâce au bouche à oreille et aux congratulations des spectateurs qui ont eu l'opportunité d'assister à ses tours.

S.G.

 

Le Progrès du 15/09/2013
4L Trophy :
l’équipage 1 523 recherche une voiture et des sponsors

Ce sont deux enfants de Jasseron qui vont prendre le départ du légendaire raid aventure étudiant, le 4L Trophy. Anthony Lamur et Damien Donin, deux inséparables compères, vont traverser, 10 jours durant, les pistes arides et les dunes de sable du Maroc pour atteindre leur destination finale : Marrakech.

A bord de leur Renault 4L, du matériel scolaire, sportif et paramédical.

Car cette aventure extraordinaire a d'abord une vocation humanitaire au profit des enfants les plus démunis du sud Marocain.
C'est sans doute ce qui explique la longévité de ce raid ainsi que sa popularité.
En effet, ce sont plus de 1500 équipages qui s'alligneront sur la ligne de départ dont l'édition 2014 débutera le 13 février.
En attendant, l'heure est aux préparatifs, à l'organisation et surtout à la recherche de fonds, de sponsors ou d'autres partenaires.

Qu'est-ce-qui vous motive dans ce projet?

Cela fait déja quelques années que nous avons eu envie de nous lancer dans ce périple mais nous avons attendu d'être totalement prêts.
Aujourd'hui, nous sommes motivés comme jamais pour nous lancer dans cette aventure aussi osée qu'utile.
Certes, il y a le côté captivant de vivre une expérience unique mais nous souhaitons avant tout apporter notre contribution à cette cause humanitaire pour les enfants démunis du sud marocain.

Comment allez-vous financer votre périple ?

Nous allons organiser plusieurs manifestations pour rechercher des fonds telles que des soirées à thème ou une opération crayon qui consiste à vendre des stylos à l'effigie du 4L Trophy et à récupérer le bénéfice.
Nous sommes également à la recherche de sponsors.
Nous avons d'ores et déja quelques partenaires qui ont accepté de collaborer avec nous. Mais pour l'heure nous consacrons tous nos efforts à la recherche d'une 4L qui soit en bon état et pas trop cher.

Que proposez-vous en échange à ceux qui vous soutiendrons dans votre démarche ?

Nous proposerons des encarts publicitaires que nous positionnerons sur notre véhicule avec lequel nous nous déplacerons toute l'année qui suit le raid.
Nous poursuivrons également cette publicité sur notre site internet.
Enfin nous diffuserons à tous nos sponsors une affiche de remerciements qui comprendra leur nom et qu'ils pourront afficher dans leur magasin ou dans leur boutique.

Présentation de l'équipage 1523
Anthony Lamur : Trésorier de l'association Road 4L Trophy, pilote de l'équipage.
Etudiant en osthéopathie à l'école CEESO de Lyon, 23 ans.

Damien Donin : Président de l'association Road 4L Trophy, copilote
Etudiant en Master 1 Histoire de l'Art à l'Université Lumière Lyon 2, 23 ans

S.G.

Le Progrès du 20/09/2013
Laurent Tissot a fini son troisième Tor des géants

Ultra-trail. Jasseronnais, Laurent Tissot a courru pendant 107 heures pour venir à bout des 330 km du Tor des géants.

La marque des grands champions n’est pas de créer l’exploit mais de le réitérer. En participant pour la troisième année consécutive au Tor des Géants, Laurent Tissot est rentré dans la catégorie des sportifs d’exception.

Ce trail mythique de la vallée d’Aoste emprunte les sentiers aux pieds des principaux 4 000 des Alpes pour une distance totale de 330 km et avec un dénivelé positif de 24 000 mètres.

Son classement (61) est également remarquable notamment lorsque l’on sait que sur les 706 participants, issus de nombreuses nationalités différentes, seuls 385 ont franchi la ligne d’arrivée.

Pour obtenir ce résultat, Laurent Tissot aura couru pendant 107 heures et n’aura dormi que 7 heures au total, bien souvent dans des conditions austères.

« Les 50 derniers kilomètres ont été particulièrement douloureux, reconnaît-il en raison d’une tendinite derrière le genou droit ». Lors de son retour sur Jasseron, Lolo le géant ; comme le surnomment ses amis, a été accueilli en héros et une réception a été organisée en son honneur.

interview

Laurent Tissot, comment vous sentez-vous après deux jours de repos ?

Je récupère doucement de mon état de fatigue généralisé.
Les ampoules aux pieds sèchent et mes jambes commencent à désenfler.
Je dois me reposer pour être opérationnel pour mon activité professionnelle que je reprends dès lundi.
Heureusement, de se retrouver dans son univers familial, accélère la récupération.

Êtes vous satisfait de votre place au classement général ?
Cette année, et contrairement à mes deux premières participations, le classement n’était pas ma priorité. Je voulais absolument terminer cette édition 2013.
J’ai géré mes efforts de manière à franchir la ligne d’arrivée en me reposant un peu plus et faisant attention de ne pas me blesser même si une tendinite m’a handicapée lors des 50 derniers km.
D’ailleurs, je n’avais volontairement pas pris de montre.

Qu’est ce qui vous plaît particulièrement dans cette course ?
Il y a plusieurs choses dont la qualité de l’organisation, la beauté des paysages ou encore le surpassement de soi.
Mais ce qui est incomparable, c’est l’accueil que nous réservent les locaux.
Il est véritablement exceptionnel que ce soit lors des ravitaillements ou pendant la course en elle-même.

S.G.

Le Progrès du 12/10/2013
Cinq chirurgiens en automobile font revivre l’Histoire

Ils sont cinq à participer à l'oeuvre colossale de la Remise 01.

Cette association dont l'objectif est de retracer l'histoire des sapeurs-pompiers à travers l'expositione lieutenant Gérard Hyvernat, un véritable passionné, bénéficie donc des talents de ces cinq jasseronnais. Philippe Feyeux, Gérard Ovigue, Jean-Christophe Colmar, Michel Darbon de matériels et d'engins d'antan et à la tête de laquelle, on y retrouve l'inégalable et Jean-Paul Viviet, pour la plus-part tous sapeurs-pompiers ou anciens sapeurs-pompiers, offrent bénévolement de leur temps au profit de la mémoire de cette culture collective.

L'un est plus spécialisé en mécanique, l'autre en électricité, un autre encore en maçonnerie, mais tous ont pour point commun une motivation et une générosité sans pareil.

A ce jour, leurs efforts se concentrent sur la rénovation du hangar de plus de 1000 m² dont l'Union Départementale des Sapeurs-Pompiers a fait l'acquisition.

La construction d'une fosse, d'une mezzanine de 175 m², d'une cabine de peinture, d'un atelier mécanique permettront de se consacrer totalement à la restauration de ces vieux véhicules tristement destinés à la casse.

Près de 300 véhicules sont actuellement dans l'espoir d'une rénovation prochaine et synonyme d'une nouvelle vie : celle de dignes représentants de l'histoire, soit au sein du musée de Gex ou lors de diverses expositions.

D'ailleurs, en ce moment même, plusieurs véhicules restaurés par ces chirurgiens en automobiles sont exposés au congrès national des sapeurs-pompiers qui se déroulent à Chambéry.

Une grande fierté pour tous ceux qui contribuent à cette oeuvre.

S.G.

Le Progrès du 16/12/2013
Un travail d’orfèvre pour cet ébéniste

C'est une commande aussi exceptionnelle que monumentale que vient d'honorer Jean Paul Viviet, ébéniste de Jasseron .

"La première et certainement la dernière" comme il dit, de sa longue carrière.

Une porte aux caractéristiques hors du commun.

Composée de 2 battants pour dimension totale de 4,85 mètres sur 3 mètres 60, d'une épaisseur de plus de 15 centimètres, pesant approximativement 2 tonnes et fabriquée totalement en chêne massif avec quelques ornements en acier corten, cette réalisation fait la fierté de son créateur.

Deux mois de travail auront été nécessaires à notre artisan, orfèvre du bois, pour dessiner, découper, sculpter, raboter ou encore poncer ladite porte pour laquelle les commanditaires voulaient une réalisation entièrement faite à "l'ancienne", selon les règles traditionnelles de l'artisanat.

Dès la semaine prochaine, elle sera démontée pour être transportée jusqu'à chez son nouveau propriétaire et et sera installée pour permettre d'accéder à une cuverie toute aussi exceptionnelle.

S.G.



 

Associative

locale