<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> les aventures


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale



Page

1

9
Le Progrès du  
21/01/18

Jean Berry : sa passion pour les miniatures n'est pas prête de s'arrêter

10/02/18

Un étudiant Jasseronnais va participer au raid 4L Trophy

23/03/18

Jean Depery : à 81 ans, il va participer à la Bisou

20/08/18

Se dépasser, par passion, pour l’amitié et pour Ewan

08/12/18

Jean Galle : 75 ans de passion et de partage de la musique

14/04/19

Coiffeuse et humoriste, qui est la "Florence Foresti du Jura" ?

Le Progrès du 21/01/2018
Jean Berry :
sa passion pour les miniatures n'est pas prête de s'arrêter

A bientôt 92 ans, Jean Berry entretien toujours une fidèle passion pour les véhicules miniatures de collection. 700, 1000, peut-être plus

Depuis longtemps Jean ne compte plus toutes ses acquisitions qui sont exposées, pour la plupart, sur les multiples étagères installées dans son bureau (ou plutôt Sa pièce !).

« J’ai toujours été passionné par les petites voitures, confie Jean.
Lorsque j’étais gamin, vers l’âge de douze ans, je construisais même des modèles avec des morceaux de bois.
Mes parents m’achetaient de temps en temps des petites voitures.
Pour cela ils se rendaient à Bourg en Bresse, où il y avait pas mal de magasins de jouets, comme les Dames de France, le Bazar Parisien ou le Bazar de la Gare.
Le choix était important !
C’est à la fin des années 50 que j’ai vraiment débuté cette collection avec des véhicules à l’échelle 1/43ème, ».

Dans cette pièce, le visiteur est carrément entouré de vitrines, d’étagères toutes copieusement garnies.
Une véritable caverne d’Ali Baba !

« C’est surtout dans les farfouilles, les brocantes que je trouvais mon bonheur.
Aujourd’hui je continue de recevoir certains modèles par correspondance.
J’en ai aussi plein les cartons, j’ai surement des doubles, à mon âge je ne me souviens plus de tout ce que je possède ».

Mais Jean Berry ne collectionne pas seulement les voitures.

Emporté par sa passion, au fil des années, il achète des miniatures d’avions, de bateaux, de trains.

Etant ancien combattant, les véhicules militaires occupent une large place dans les vitrines.

" Chaque semaine je vais faire un tour à la brocante sous le marché couvert, à Bourg en Bresse pour voir ce que les vendeurs proposent, c’est plus fort que moi !
Aujourd’hui les petites voitures ou autres miniatures n’intéressent plus les gamins souligne Jean qui chaque jour jette un œil à sa magnifique collection.
Je n’ai jamais rien vendu de ma collection, je n’ai pas non plus voulut en faire un placement. Tant que je serais là, toutes ces miniatures vont rester ici, après ..."

R.M..

Le Progrès du 10/02/2018
Un étudiant Jasseronnais va participer au raid 4L Trophy

Le Jasseronnais Nathan Maréchal, étudiant en licence productique à Annecy, va participer prochainement au célèbre raid « 4L Trophy », une compétition destinée aux étudiants qui en 2017 avait rassemblé 2900 participants.

Cette aventure humaine, sportive et solidaire, Nathan va la partager avec trois de ses amis et c’est donc deux équipages qui vont quitter Jasseron le 13 février au matin.

« Avec Anatole, Lucas et Antonin nous nous sommes lancés dans ce projet il y a tout juste un an.
Nous ne voulions pas préparer cette aventure chacun de notre côté, c’est pour cette raison que nous avons créée notre association ‘’4X4L’’ afin de pouvoir démarcher les partenaires ».

« Le budget nécessaire par équipage est de 7000€ précise Lucas, à cela vient s’ajouter l’achat du matériel obligatoire comme des sangles de remorquage, des pièces de rechanges ou encore des couvertures de survie ».
Mais pour les étudiants, la priorité était d’avoir un véhicule.
« J’ai acheté ma 4L au mois d’avril dernier explique Nathan.
La particularité, c’est qu’elle était en Kit !
Il a fallut refaire entièrement le châssis, et changer le moteur. Les trois mois des dernières vacances d’été ont été consacrées à la rénovation de la carrosserie.
Depuis, tous nos week end ont été consacrés à la mécanique.
La voiture roule depuis trois semaines ! ».

Mais les quatre compères ont travaillé ensemble, chacun donnant un coup de main sur l’une ou l’autre voiture afin que les deux soient prêtes le jour J.

A une quinzaine de jours du grand départ les étudiants mettent les bouchées doubles afin d’achever les derniers préparatifs.

« Le budget n’est pas encore bouclé et nous continuons à rechercher des partenaires confie Nathan.
En attendant nous effectuons les derniers achats comme les fournitures scolaires et les denrées périssables qui seront respectivement remis aux enfants Marocains et à la Croix Rouge.
Ce raid se veut avant tout humanitaire ».

Le raid en quelques chiffres :
du 15 au 25 février -
1300 équipages au départ de Biarritz -
traversée de l’Espagne, passage du détroit de Gibraltar, puis 6 étapes dans le Grand Sud Marocain et arrivée à Marrakech.
Contact : 4l.trotro@gmail.com

R.M..

Le Progrès du /03/2018

Jean Depery : à 81 ans, il va participer à la Bisou

L’an passé pour ses 80 ans, le Jasseronnais Jean Depery a sauté en parachute. Cette année (le 8 avril prochain) il sera l’un des plus âgés (voire même le doyen) parmi les 1300 cyclistes qui prendront le départ de la célèbre course cyclosportive : la Bisou.

Après avoir pratiqué la course à pieds de façon assidue et en affichant sa participation à cinq marathons (dont New York, Paris et Chicago), Jean s’est tourné vers le vélo.

« La bicyclette est moins traumatisante pour le dos explique-t-il, c’est pour cette raison que je pratique ce sport aujourd’hui.
Chaque semaine et quelle que soit la météo, j’effectue trois sorties, d’environ 80 kilomètres chacune ».

Dans quelques jours, le cyclo Jasseronnais sera au départ de sa 7ème Bisou sur la distance de 75 kilomètres.

« Je connais bien le parcours explique Jean.
Le plus difficile ce sont les montées de Revonnas et de Saint Martin du Mont surtout si le vent est contraire.
J’aime par dessus tout l’ambiance qui règne sur cette course.
Le départ est un peu périlleux car nous sommes nombreux, il faut être un peu acrobate pour passer les premiers hectomètres, ensuite on prend son rythme ».

Après la Bisou, Jean a déjà inscrit deux courses sur son agenda : la Vercors Drôme à Die (115 kilomètres) en septembre et la Forestière dans le Jura (100 kilomètres) en octobre.

A la question, jusqu’à quel âge allez-vous rouler, Jean répond « Tant que la santé me le permettra. Je n’ai pas de secret, je fais simplement attention à mon alimentation ».

R.M..

Le Progrès du 20/08/2018

Se dépasser, par passion, pour l’amitié et pour Ewan

Lundi 27 août, Franck Convert, Laurent Tissot de Jasseron et Yann Bonanni de Courmangoux, s’élanceront en équipe depuis Chamonix pour la 11e édition de la PTL (Petite trotte à Léon), une course autour du massif du Mont Blanc.

Ces trois amis, passionnés d’ultratrails et de montagnes, ont déjà couru ensemble en 2017 et ont terminé 4e en 127 heures. Ils comptent bien battre leur record cette année. Franck Convert raconte son parcours.

Qu’est-ce qui vous motive dans ce défi ?
« Notre passion commune de la course d’orientation et de la montagne nous a emmenés naturellement vers ce type de compétition. Mais le mot “compétition” n’est pas adapté à la PTL car il n’y a pas de classement officiel et le règlement est assez souple pour modifier, dans certains cas, la composition des équipes. Il s’agit donc vraiment de prendre du plaisir entre copains dans une aventure sportive. De plus, nous sommes investis dans l’association caritative Ewan Up d’Attignat qui œuvre pour permettre aux parents du jeune Ewan d’acquérir un fauteuil verticalisateur afin de l’aider à mieux vivre sa maladie. Nous mettrons en visibilité cette association tout au long de notre parcours. Un euro par participant au trail la Jasseronnaise que nous organisons à l’automne est, d’ailleurs, reversé à cette association . »

Comment s’est constituée votre équipe ?

« Avec Laurent, nous sommes du même âge et nous nous connaissons depuis longtemps puisque nos villages respectifs sont voisins (Jasseron et Saint-Étienne-du-Bois). Depuis une dizaine d’années nous adhérons à l’association ND2BR (Notdeadbutbienraid), où nous nous sommes retrouvés et rencontrés Yann qui partage nos passions. Participer à ce type d’épreuve renforce les liens d’amitié et nous sommes vraiment heureux de nous entraider et nous soutenir dans l’effort . »

Comment vous êtes-vous préparés ?

« Bien entendu, une course comme celle-ci ne s’improvise pas. Il faut se préparer physiquement en adaptant les entraînements. Nous nous sommes également rendus dans les Alpes, les week-ends depuis la mi-juin pour reconnaître des parties du parcours. Mais nous n’en sommes pas à notre première course de ce genre, et nous avons l’habitude de ce type d’effort . »

La PTL c’est quoi ?
La PTL (Petite trotte à Léon) est une épreuve d’ultra endurance pédestre qui emmène les concurrents au départ de Chamonix, sur un grand tour du Mont-Blanc entre la France, l’Italie et la Suisse.

Les 300 participants (au maximum) doivent parcourir en équipe de deux ou trois coureurs ou coureuses, les 300 kilomètres de sentiers de montagne avec 25 000 m de dénivelé positif en moins de 151 heures soit six jours et demi. Une course dans des conditions extrêmes qui nécessite une excellente condition physique et la maîtrise de l’orientation.

D.D.


Le Progrès du 08/12/2018

Jean Galle : 75 ans de passion et de partage de la musique

Fidèle à l’Union musicale de Ceyzériat depuis 1970, Jean Galle entame sa 75e saison musicale. Une vie entièrement dédiée à la musique et au chant choral, jalonnée de rencontres marquantes.

La célébration de la Sainte-Cécile à Ceyzériat, dimanche à 10 h 30, sera le premier moment musical de la saison de l’harmonie. À la contrebasse, Jean Galle travaille studieusement ses interprétations des œuvres proposées.

À 85 ans, sa passion de la musique et de ses accords parfaits est viscérale.
Elle remonte à 1943, lorsqu’à l’âge de 10 ans, il a suivi la fibre paternelle à l’union musicale de Saint-Didier-sur-Chalaronne.
Une époque où l’apprentissage du solfège était un sacerdoce. « Avant de toucher un instrument, c’était deux années de solfège, un apprentissage complet des notes et du chant », se souvient-il.

Chantons à Revermont, c’est lui

De nouvelles méthodes apparaissent. Travailler le solfège par l’instrument incite le jeune élève à intégrer des ensembles musicaux.
Jean Galle est ainsi à l’initiative de la chorale Chantons à Revermont, qu’il a dirigé de nombreuses années à Jasseron.
« En 1952, j’ai été reçu à la musique militaire du 99e Régiment d’infanterie de Sathonay (Rhône), qui nous offrait de suivre les cours du conservatoire de Lyon deux fois par semaine. »
Dans l’enceinte de la caserne et du conservatoire, il a rencontré Victor Blanc, saxophoniste.
Bien plus tard, en 1990, les deux anciens « bidasses » se sont retrouvés à l’Union musicale de Ceyzériat. Jean sur le pupitre des trombones, Victor à la direction de l’ensemble.

Le doyen de l’Union musicale a derrière lui un parcours instrumental remarquable, comme un quart de siècle passé à la trompe de chasse au sein de la Diane bressane.
Il juge l’évolution des répertoires des harmonies.
« À mes débuts, j’ai joué du Bizet. Aujourd’hui les répertoires se sont américanisés. » Parole d’un sociétaire pour qui la musique est un art de vivre.

Mario Molard .


Le Progrès du 06/04/2019

Coiffeuse et humoriste, qui est la "Florence Foresti du Jura" ?

Sandrine Brun est coiffeuse à Jasseron.

Les soirs de spectacle, elle échange volontiers sa paire de ciseaux contre ses habits de lumières

. Avec succès : ses deux représentations au Vox, à Bourg affichent complet.
De par ses origines et sa naissance à Arinthod (Jura), certains la surnomment déjà « ?la Foresti du Jura? ».

Sandrine Brun, coiffeuse à Jasseron, est aussi humoriste à ses heures perdues.
Un rêve qu’elle a réalisé en novembre dernier, à Corveissiat, en se produisant sur scène pour la première fois lors d’un one-woman-show déjà à guichets fermés.

Durant son spectacle, intitulé "Sandrine dans tous ses états", la comédienne se met dans la peau d’une quinzaine de personnages qui n’ont aucun lien entre eux, sauf celui d’être déjantés.

Une recette qui fonctionne à merveille puisque ses représentations programmées au Vox en mars dernier et le prochain en avril affichent complet…

R.M.

 

 

Associative

locale