<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> La vie locale à Jasseron


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale


Page

1

6
Le Progrès du  
13/10/13

Opération brioches de l’Amitié : le boulanger de la commune a bien aidé

24/10/13

Party sound light: ils animent les soirées locales

27/10/13

De nouvelles inondations au Canton

28/10/13

Les noces d’or de Nicole et René

30/11/13

4L Trophy : la bonne vieille 4L de La Poste va reprendre « du service » dans le désert

16/12/13

Un travail d’orfèvre pour cet ébéniste

22/12/13

Thomas Riboud, la politique et l’esprit d’émulation

Le Progrès du 13/10/2013
Opération brioches de l’Amitié :
le boulanger de la commune a bien aidé

La municipalité de Jasseron s'est, une nouvelle fois, associée à l'opération Brioches de l'Amitié, organisée par l'Association Départementale des Amis de Parents et d'Enfants Inadaptés.

Cette action, menée en faveur des personnes handicapés mentales, a été conduite par le centre communal d'action social et organisée par Alain Mathieu, dans le cadre de ses missions d'adjoint au Maire.

Le soleil matinal aura permis de rapporter à cette noble cause des bénéfices qui seront consacrés à l'amélioration du bien-être des enfants, adultes et usagers de l'ADAPEI

ADAPEI de l'Ain: 04 74 23 47 11

S.G.

Le Progrès du 24/10/2013
Party sound light: ils animent les soirées locales

Ils sont trois, jeunes, débordants d'énergie, plein d'avenir et bien décider à le croquer à pleines dents.

Nicolas Ollier, 18 ans, Alexis Monterat, 18 ans et Hugo Bernead, le doyen, 19 ans, sont à la tête d'une association Jasseronnaise qui fait de plus en plus de bruit.

Party Sound Light, PSL pour les intimes, dont l'objectif est l'animation musicale de soirées.

Créée, il y a maintenant deux ans, cette association ne cesse de prendre de l'envergure au gré des soirées qu'elle anime.

Les témoins de cette réussite sont éloquents : équipements et matériels de plus en plus fournis, calendrier de plus en plus chargé, renommée croissante...

Portés par un optimisme sans faille, les trois étudiants ne comptent pas en rester là.

"Notre projet immédiat est de créer une entreprise de location de matériel pour l'animation de soirée" précise le Président de PSL, Nicolas Ollier, "tout en développant encore notre activité actuelle".

Si on ajoute à cela un objectif, certainement tout aussi important, de réussite scolaire, on ne peut qu'être admiratif devant l'énergie de la jeunesse et les encourager dans leur quête d'épanouissement professionnel et personnel.


www.party-sound-light.fr
06.36.24.01.95

S.G.

Le Progrès du 27/10/2013
De nouvelles inondations au Canton

C'est aux alentours de 6 heures, ce matin, que la sirène des pompiers s'est mise à retentir. Motif : les violents orages de cette nuit qui ont entraîne des inondations du côté du Canton.

Il faut dire que plus de 35 ml d'eau se sont abattus en moins de deux heures.

Des pluies très importantes donc, qui ont rapidement remplies les fossés et outrepassées les capacités d'évacuation des buses.

Cette fois-ci, et pour la troisième fois en quelques années, c'est la maison de la famille Caposiena qui a été victime des caprices du ciel, où près de 30 cm d'eau dans le garage se sont accumulés.

Fatalistes, les habitants du canton s'organisent. "Nous commençons malheureusement à avoir l'habitude" déclare Jérome Caposiena, "alors on s'organise en conséquence. Nous sortons les voitures des garages dès qu'il pleut un peu trop fort, nous rehaussons les meubles et les objets pouvant l'être"...

Malgré tout, certains s'interrogent quand même : des travaux ne pourraient-ils pas être entrepris pour éviter ces inondations à répétition ?

S.G.

Le Progrès du 28/10/2013
Les noces d’or de Nicole et René

Jour de fête pour Nicole et René Revelut qui, en ce lundi 28 octobre, ont célébré leur 50 ans de mariage.

Pour cela, ils ont réuni leurs amis, dans le hall de la salle des fêtes et partager, avec la bande à Nicole comme ils aiment à s'appeler, un pur moment de bonheur.

Les deux jeunes tourtereaux se sont mariés à Ceyzériat le 19 octobre 1963 puis se sont installés à Jasseron en 1965, d'abord aux Maisons rouges puis, en 1967, dans leur maison actuelle que, d'ailleurs, René a construit de ses propres mains.

De cette union exemplaire, deux garçons verront le jour : Thierry et Gilles, le premier étant décédé tragiquement à la suite d'un accident de deux roues.

Leurs 28 amis présents leur ont offert un diplôme de noces d'or et surtout beaucoup de plaisir et de joie.

S.G.

Le Progrès du 30/11/2013
4L Trophy : la bonne vieille 4L de La Poste va reprendre « du service » dans le désert

La persévérance finit toujours pas payer !

Preuve en est, Damien Donin et Anthony Lamur, les deux étudiants jasseronnais qui participeront à la 17ème édition du 4L Trophy, ont, grâce à la générosité d'une habitante de Saint-Etienne du Bois, trouvé le véhicule qui les accompagnera tout au long de leur défi.

Dans sa première vie, la 4L qui arborera le dossard 1523, a fait les beaux jours de La Poste.

Aujourd'hui fatiguée, elle subit une cure de jouvence, grâce aux talents de mécanicien de Frank Donin, dans les ateliers du garage Maréchal.

Ce dernier en profite également pour répondre au cahier des charges des organisateurs de la course qui impose une préparation spéciale pour affronter les difficultés inhérentes au désert marocain.

Rappelons que l'objectif de l'association Road 4L Trophy est de fournir du matériel scolaire, sportif et paramédical aux enfants démunis du Sud Marocain.

Ce raid, avant tout humanitaire, nécessite le renfort de sponsors et de donateurs qu'attendent avec impatience les deux enfants du pays.

Contacts et dons : 06-27-91-88-39 ou 06-37-15-02-68

S.G.

Le Progrès du 16/12/2013
Un travail d’orfèvre pour cet ébéniste

C'est une commande aussi exceptionnelle que monumentale que vient d'honorer Jean Paul Viviet, ébéniste de Jasseron .

"La première et certainement la dernière" comme il dit, de sa longue carrière.

Une porte aux caractéristiques hors du commun.

Composée de 2 battants pour dimension totale de 4,85 mètres sur 3 mètres 60, d'une épaisseur de plus de 15 centimètres, pesant approximativement 2 tonnes et fabriquée totalement en chêne massif avec quelques ornements en acier corten, cette réalisation fait la fierté de son créateur.

Deux mois de travail auront été nécessaires à notre artisan, orfèvre du bois, pour dessiner, découper, sculpter, raboter ou encore poncer ladite porte pour laquelle les commanditaires voulaient une réalisation entièrement faite à "l'ancienne", selon les règles traditionnelles de l'artisanat.

Dès la semaine prochaine, elle sera démontée pour être transportée jusqu'à chez son nouveau propriétaire et et sera installée pour permettre d'accéder à une cuverie toute aussi exceptionnelle.

S.G.

Le Progrès du /12/2013
Thomas Riboud, la politique et l’esprit d’émulation

Histoire.

Thomas Riboud. Ce nom vous est peut-être familier, notamment en Bresse. Malheureusement trop méconnu, cet éminent personnage de notre histoire local était autant bon politique qu’excellent scientifique et littéraire, tout en étant un fervent défenseur des différents patrimoines du département.

L’Ain il y a deux siècles

Thomas-Philibert Riboud naquit à Bourg-en-Bresse le 24 octobre 1755. D’une famille appartenant à la haute-bourgeoisie politique de Bourg, il était le fils de Jean-Bernard Riboud dit Riboud-Cadet, avocat au bailliage-présidial, et de Marie-Pierrette Périer.

Son parrain était celui qui lui transmettait alors son prénom, son grand-père et homonyme Thomas Riboud, également avocat au bailliage-présidial. Sa marraine était Philiberte Bolomier, épouse du lieutenant en l’Élection de Bresse.

Il était également le petit-neveu de Jean-Bernard Riboud, maire de la ville pendant près de vingt ans. Ce cadre familial ne pouvait que faire de lui un futur avocat. Ainsi, après des études chez les Jésuites de Bourg puis chez les Oratoriens de Beaune, Thomas Riboud obtint sa licence de droit à Dijon, puis s’installa comme avocat à Lyon où il fonda alors la Société littéraire.

De retour à Bourg en 1779, il acquit la charge de procureur du roi au bailliage-présidial puis devint, en 1783, subdélégué de l’intendant de Bourgogne en Bresse, et enfin, en 1790, procureur général du département de l’Ain, sorte de préfet avant l’heure. De par cette dernière charge, il sauva notamment le Monastère de Brou de la destruction en imposant le classement de l’église au titre des monuments nationaux protégés.

Une plaque, située à proximité des sépultures ducales de l’église, rappelle ce sauvetage essentiel pour le patrimoine culturel du département de l’Ain. En 1791, il fut élu député de l’Ain avant d’être emprisonné pour des raisons politiques dès le début de l’année 1794. L’année suivante, une fois libéré, il devint juge au tribunal criminel de l’Ain puis fut de nouveau nommé procureur général du département jusqu’en 1797. En avril 1799, il fut élu à l’assemblée législative d’alors, le Conseil des Cinq-Cents.

Après l’arrivée de Bonaparte au pouvoir le 18 brumaire an VIII, Riboud revint à Bourg et y enseigna à l’école centrale. En 1800, il devint président du tribunal criminel de l’Ain et juge à la Cour d’appel de Lyon. En 1811, il occupa la présidence de cette dernière avant d’en être le président honoraire. En 1807, il devint membre de l’assemblée législative de l’Empire, le Corps législatif.

Dès 1815, il se retira à Jasseron, à proximité de sa ville natale, où il se consacrait à de très nombreux travaux scientifiques et historiques, faisant partie de nombreuses académies (Inscriptions et Belles-lettres, Institut de France, Société d’émulation de l’Ain, etc.). Il y décéda le 6 août 1835, à l’âge de 80 ans. Les différents travaux publiés à la Société d’émulation de l’Ain, mais également les différents documents familiaux, se retrouvent aux Archives départementales de l’Ain.

S.G.

 

 

 

Associative

locale