<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> La vie locale à Jasseron


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale


Page

1

7
03/01/16

3 visages - 3 voeux

03/01/16

120 coureurs à l’entraînement

15/01/16

Tri sélectif : les incivilités perdurent

28/01/16

Ne jeter plus vos bouchons, ils peuvent aider un enfant handicapé !

01/02/16

Commerce : en matière de vol, mieux vaut prévenir que guérir !

09/02/16

carnet bleu : Soan

19/02/16

Les radars double-sens affolent les compteurs

25/02/16

Palmarès des radars : + 58 % de flashes en 2015

Le Progrès du 03/01/2016
3 visages,3 voeux pour 2016

Bernard Soret :
Mon vœux prioritaire est de ne plus connaitre les atrocités vécues en 2015 et que chacun puisse vivre en paix dans le respect de l’autre dans notre belle France.

Sur un plan plus local, je souhaite que tous les habitants bénéficient d’un emploi ou d’une retraite leur permettant de vivre sereinement à Jasseron en appréciant la splendide nature qui nous entoure, que les responsables d’associations trouvent des motivations pour intéresser de nouveaux adhérents afin de pérenniser leurs activités sur notre village et que notre modeste commune soit toujours « écoutée » au sein de la nouvelle grande structure intercommunale qui se dessine.


Gérald Tabouret :

Pour 2016, je souhaite que nous vivions toutes et tous une année d'échange, de partage, d'entraide, que l'on arrête de ne penser qu'à soit car sans les autres, nous ne sommes rien et qu'aujourd'hui, nous nous rendons compte, qu'hélas, la vie ne tient qu'à un fil!

Pensons à nous parmi les autres!

Sans vouloir parodier qui que ce soit, "Ne pensons pas à ce que les autres peuvent faire pour nous, mais ce que nous pouvons faire pour les autres!"


Isabelle Cattin :

Après une année douloureuse pour tous les français, je souhaite que la solidarité entre tous se développe considérablement, tout comme l’entraide, et le partage.

En tant que présidente de l’amicale des donneurs de sang de la commune, je ne peux que souhaiter pour 2016, une augmentation des dons, aussi bien pour les dons du sang, d'organes ou de moelle.

J'espère que 2016, verra l'arrivée sur la commune d'un médecin généraliste.

R.M..

Le Progrès du 05/01/2016
120 coureurs à l’entraînement


Dimanche, au départ du stade de football, plus de 120 coureurs ont répondu à l’invitation de ND2BR (Not dead but bien raid).

Les trailers revermontois avaient convié les amateurs de course de nature de la région à partager leur premier entraînement de l’année.

Après une balade de 9 kilomètres et un dénivelé positif de 200 mètres, avec pour point culminant les ruines du château, les coureurs ont partagé la galette des rois.

Tous ont pris rendez-vous pour le 1er octobre prochain, date à laquelle ND2BR organisera la Jasseronn’aise trail.

CONTACT au 06.17.32.73.32 et www.nd2br.fr.

S.R.

Le Progrès du 15/01/2016
Tri sélectif : les incivilités perdurent

Le problème a été évoqué dernièrement, à l’occasion de la cérémonie des vœux, par Alain Mathieu, Maire de Jasseron, et une nouvelle fois, cette semaine, ce dernier a été avisé de l’état pitoyable, dans lequel se trouvaient les abords du point de collecte pour le tri sélectif, allée des sports.

« Ce phénomène se répète régulièrement, souligne l’édile Jasseronnais, en particulier, le week end. Aujourd’hui, j’ai constaté avec Nicolas Goyard (responsable de la collecte des déchets à BBA), que de nombreux sacs et autres objets avaient été déposés en dehors des bacs. Nous avons même trouvé au milieu de gravas, un radiateur et un aspirateur ... ».

Ce sont les employés communaux, qui suite à ce manque de civisme, vont assurer le nettoyage du site.

R.M..

Le Progrès du 28/01/2016
Ne jeter plus vos bouchons, ils peuvent aider un enfant handicapé !

ça ne coûte rien, mais ça peut faire beaucoup !

 

C’est un article paru récemment dans la presse locale, qui a fait réagir, Marie José Loezer,

une Jasseronnaise qui depuis 6 ans collecte les bouchons pour une bonne cause.

« Cet article relatait qu’il n’existait plus de collecte sur Bourg et les environs. Pour ma part, je n’ai jamais cessé d’en récupérer, mais depuis plusieurs semaines, ma récolte a diminué comme neige au soleil ! ».

C’est avec l’association « Les bouchons d’amour » dont le parrain est Jean-Marie Bigard, que Marie José a débuté sa collecte. « L’association collabore avec une société Belge, qui recycle les bouchons pour en faire des palettes plastiques, et reverse une somme en contre partie.

L’argent est utilisé pour aider les handicapés, non seulement pour acheter des fauteuils roulants, mais aussi afin de les aider dans leur quotidien. J’ai cessé mon engagement avec « bouchons d’amour », car je n’avais pas suffisamment de place pour stocker les sacs de bouchons.

Le camion qui les récupérait, venait de Belgique, et se déplaçait uniquement pour un minimum de … 10 tonnes ! ».

Mais Marie-José n’a pas baissé les bras, et c’est maintenant avec une association de Louhans (Saône et Loire) que la collecte se fait.

« Une connaissance récupère régulièrement les sacs, je n’ai plus besoin d’en stocker de grandes quantités ».

Les personnes peuvent donc continuer de déposer à la porte de Marie José, les précieux bouchons.

Les petites rivières faisant les grands fleuves, elle se réjouit de récupérer, les bouchons même en petite quantité «Les gens ne se rendent pas compte, mais cela va très vite ».

Elle a d’ailleurs beaucoup d’idées pour améliorer la collecte : « Il faudrait un point de collecte sur la commune, pourquoi pas à la Mairie. Je souhaite aussi informer les enfants, sur ma démarche, par le biais de l’école. Il faut que la population me prenne au sérieux ».


Tous les bouchons plastiques sont (sauf les bouchons sécurité) à déposer à la porte de Marie José Loezer, 354 rue Charles Robin à Jasseron.
Renseignements : 04.74.32.93.40

R.M..

Le Progrès du 09/02/2016
Carnet bleu : Soan

Damien Coelho et Delphine Dubois sont les heureux parents d’un petit Soan, leur premier bébé, depuis le
4 février. Il est venu au monde à 15 h 34 à la maternité
de Bourg-en-Bresse et son poids était de 3,290 kg.

Le Progrès du 19/02/2016
Les radars double-sens affolent les compteurs

L’activité des cinq radars automatiques implantés dans l’agglomération a explosé en 2015, particulièrement dans
les trois derniers mois de l’année. Cette augmentation s’explique par l’installation d’appareils capables de flasher dans les deux sens de circulation, à Jayat et à Jasseron.

Bourg, les radars automatiques sont implantés à la périphérie de la ville.

Les automobilistes passant par Bény, Tossiat, Montracol, Jayat ou encore Jasseron, les trouvent tous les jours sur le chemin les menant au travail ou à la maison.

Force est de constater, au regard des chiffres délivrés par le ministère de l’Intérieur en ce début d’année, qu’ils sont très nombreux à les avoir vus crépiter.

Une vraie hécatombe.

Car si l’activité des radars fixes dans l’agglomération pouvait encore être qualifiée de « stable » l’an dernier, passant de 3 470 flashes en 2013, à 3 547 en 2014 (+2,2 %), il n’en est pas de même cette année.

6 124 infractions ont été constatées en 2015, soit -accrochez vos ceintures-, une augmentation de l’ordre de 72 % par rapport à l’année dernière.

À croire que les automobilistes du secteur sont devenus fous… du volant.

Le diagnostic, après analyse, laisse transparaître une tout autre explication, bien plus rationnelle.

C’est du côté de Jayat et de Jasseron que l’on trouve LA raison de cette hausse exponentielle : des radars capables de flasher dans les deux sens de circulation et de piéger les conducteurs, même avertis.

Les statistiques sont éloquentes.

En 2014, le radar situé sur la RD975, à Jayat, avait flashé 404 véhicules. Un an plus tard, il comptabilise 1 556 flashes à son compteur, soit une augmentation de 285 % de son activité.

À Jasseron, sur la RD936, 1 311 automobilistes avaient été pris en flagrant délit en 2014.

Ils sont 2 955 à avoir été surpris le pied un peu trop appuyé sur la pédale d’accélérateur en 2015. En hausse de 125 % par rapport à l’année précédente.

Des chiffres impressionnants, atteints en seulement trois mois et demi. Les deux appareils n’ont été installés que le 15 septembre dernier.

Pierre-Yves Royet.

6 124
Le nombre de flashes constatés par le ministère de l’Intérieur dans l’agglomération de Bourg en 2015 : 2 955 à Jasseron, 1 556 à Jayat, 895 à Bény, 567 à Tossiat et 151 à Montracol.

Plus d’accidents, plus de blessés, mais moins de tués sur les routes de l’agglo en 2015
Les études nationales démontrent une très nette baisse de l’accidentalité dans les zones très accidentogènes où sont implantés des radars fixes et cela se vérifie au niveau de l’agglomération.

Dans un rayon de 4 km autour des radars installés à Bény, Montracol, Tossiat, Jayat et Jasseron, seulement deux accidents sont à déplorer en 2014.

Un à Montracol et un à Bény. Mais des radars, il ne peut pas y en avoir partout.

Au total, 80 accidents ont été recensés en 2014 sur les routes des quinze communes que comporte l’agglomération.

Trois conducteurs avaient trouvé la mort cette année-là.

Un seul en 2015, malgré une hausse sensible du nombre d’accidents (82 rien que dans les communes de Bourg, Viriat et Péronnas).

Le Progrès du 25/02/2016
Palmarès des radars : + 58 % de flashes en 2015

Les radars automatiques au bord des routes et autoroutes de l’Ain ont flashé à 62 473 reprises en 2015, contre 39 583 en 2014.

Les automobilistes se sont fait piéger par le passage à « double sens » de douze radars.

La tendance était plutôt à la baisse depuis des années.

Les automobilistes avaient nettement pris l’habitude de lever le pied à l’approche des radars.

Le premier a été installé en 2004, à Jasseron, et vingt-huit autres ont suivi sur les routes et autoroutes du département.

Leur emplacement étant choisi en fonction des zones les plus accidentogènes.

Mais le passage à « double sens » de douze d’entre eux a manifestement surpris les automobilistes qui se pensaient à l’abri quand le radar était situé sur l’autre voie de circulation.

Le palmarès des radars en 2015 est éloquent : un total de 62 473 flashes en 2015 contre
39 583 flashes en 2014, soit une augmentation de 57,8 % !

+ 1 401 % pour le radar de Saint-Genis-sur-Menthon !

Une envolée clairement due aux douze radars à « double sens », installés l’année dernière, en lieu et place des anciens radars : à Ambérieu, Béon, Briord, Cessy, Chatillon-sur-Chalaronne, Jasseron, Jayat, Lavours, Marlieux, Nantua, Pérouges et Saint-Genis-sur-
Menthon.

Pour certains, la hausse est spectaculaire. Par exemple avec + 1 401 % pour celui de Saint-Genis-sur-Menthon !

Il n’avait flashé qu’à 120 reprises en 2014 (et 337 en 2013) mais il a « crépité » 1 802 fois l’année dernière.
Autres hausses d’importance : Marlieux (+ 637 %), Briord (+ 382 %), Jayat (+ 285 %), Châtillon-sur-Chalaronne (+ 285 %) et Jasseron, le « doyen » des radars de l’Ain (+125 %).

Des chiffres incroyables, atteints en trois mois et demi à peine, puisque le « double sens »
ne fonctionne que depuis mi-septembre 2015.

Sur ces six radars, le nombre de flashes avait d’ailleurs baissé entre 2013 et 2014, ce qui démontre bien l’impact indéniable du « double sens ».

En 2015, les radars dits embarqués (positionnés au bord d’une route par les gendarmes et les policiers) ont par contre moins flashé (14 078 fois contre 28 163 fois en 2014), les forces de l’ordre étant mobilisés par les attentats.

Les radars dits mobiles (dans une voiture banalisée qui flashe pendant qu’elle se déplace) ont par contre plus flashé (11 374 fois contre 5 026 en 2014) car trois ont été déployés dans l’Ain l’an passé.

Frédéric Boudouresque.

Le Jasseronet de février 2016
Commerce : en matière de vol, mieux vaut prévenir que guérir

Face aux problèmes de sécurité dans l’Ain, et dans le but de rapprocher les commerçants et les forces de l’ordre, la chambre de commerce et d’industrie de l’Ain (CCI), en partenariat avec la police et la gendarmerie, organise des visites gratuites afin de sensibiliser les commerçants et les artisans.

« Depuis 2013, précise Fabienne Raynaud (CCI), nous nous sommes rendus dans 47 communes du département, et nous avons visité 235 commerces ou prestataires de services ».

Jeudi après-midi, ce sont 8 commerces Jasseronnais qui ont reçu la visite de Fabienne Raynaud et de l’adjudant Etienne Roux (référent sureté gendarmerie Nationale).

Durant les entretiens, des points importants liés à la sureté ont été abordés par le représentant de la Gendarmerie.

« Les commerçants sont bien conscients des problèmes liés aux vols et agressions, mais il est bon d’apporter des conseils sur la sécurisation des locaux, l’attention portée à l’environnement ect …

Pensez à fermer vos portes à clés, il n’y a pas que dans les villes que les vols ont lieu».

R.M..

 

 

Associative

locale