<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> La vie locale à Jasseron


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale


Page

1

6
7
02/01/17

RETROSPECTIVE :Conscrits, école, culture : quels ont été les faits marquants de 2016 ?

22/01/17

Carnet rose : Louise

12/02/17

L’activité des radars de l’agglo augmente encore

19/02/17

Carnet rose : Zélie

20/02/17

L’aire d'autoroute de Jasseron, une belle vitrine pour la ville de Bourg en Bresse

15/03/17

De sa passion, il en fait sa profession

22/03/17

Carnet rose : Lilou

28/04/17

Carnet rose : Luna

Le Progrès du 02/01/2017

RÉTROSPECTIVE

Conscrits, école, culture : quels ont été les faits marquants de 2016 ?

Février
Le Jasseronnais, Simon Colmard, est sacré champion de l’Ain, sapeur-pompier de cross-country à Chalamont.

Avril
La fête des classes rassemble 62 conscrits.

Mai
Le conseil municipal organise une journée portes ouvertes des trois nouveaux équipements communaux (station d’épuration, maison de la chasse et de la vie associative et le centre
technique).

En tout, 200 cyclistes participent au 25e rassemblement national de vélos de montagne, organisé dans la commune pendant quatre jours, par le Club alpin de Bourg.

Juin
Des recherches sont organisées à Jasseron, afin de retrouver Renée Massoglia, disparue de l’hôpital Fleyriat le 6 juin. Ce sont 150 bénévoles qui y participent.

Septembre
Un nouveau directeur prend ses fonctions à l’école. Il s’agit de Jérôme Billet.

Octobre
450 coureurs participent au 1er trail de Jasseron, organisé par l’association burgienne ND2Br.

Stéphanie Bulin est la nouvelle chef de choeur à la chorale jasseronnaise Chantons en Revermont. Elle remplace Jean Galle.

Novembre
De nombreux tags, tapissent la façade située à l’arrière de la salle des fêtes.

Décembre
Malgré le froid et le brouillard, de nombreux Jasseronnais se sont pressés au marché de Noël, organisé pour la seconde année consécutive par l’Union amicale commerciale.

Florent Boisselat, succède à Hubert Orfeuvre à la tête de l’association d’aéromodélisme
Bresse mod’ailes.

R.M..

Le Progrès du 22/01/2017
Carnet rose : Louise

Louise est venue au monde
le 18 janvier à 8 h 47 à
la maternité de Bourg-en-
Bresse et pesait 2,6 kg.

Elle comble de joie ses
parents, Loïc Piras et Sonia
Depré, ravis d’avoir
accueilli leur premier enfant.

 

Le Progrès du 12/02/2017

L’activité des radars de l’agglo augmente encore

L’activité des cinq radars
implantés sur le territoire
de l’agglomération, enregistrée
fortement à la hausse en 2015
(+72 %), continue d’augmenter
en 2016 (+16 %). L’année dernière,
plus de 7 000 automobilistes
ont été pris en excès de vitesse.

Un léger ralentissement, mais toujours plus de flashs. Avec 7 122 infractions constatées en 2016, – contre 6 124 en 2015 – l’activité des cinq radars fixes implantés sur le territoire de l’agglomération continue d’augmenter.

Si cette hausse est encore importante (+16 %), elle n’a rien de comparable avec celle enregistrée en 2015 (+72 %). Il y a un an, l’installation de radars capables de flasher les véhicules dans les deux sens de circulation avait fait exploser tous les compteurs.

Sur le podium des appareils les plus sollicités en 2016, on retrouve, comme l’année précédente, les radars de Jayat (2 873), Jasseron (2 750) et Bény (718).

Jayat, radar le plus prolifique de l’agglo Sur ces trois appareils, un seul enregistre une hausse de son activité : celui de Jayat.

Et quelle hausse ! Avec 85 % de déclenchements en plus par rapport à 2015, le radar de la D975 devient le plus prolifique de l’agglomération.

Il détrône donc celui de Jasseron (-7 %) qui, comme celui de Bény (-20 %) voit son activité en berne. Autre radar en baisse de régime, celui de Tossiat (-18 %). Le seul appareil, avec celui de Jayat, à suivre une tendance à la hausse, est celui de Montracol.

Le radar le moins actif du territoire a constaté 316 infractions en 2016, contre 151 en 2015, soit une hausse de 52 %, tout de même !

Mais que traduisent ces chiffres ? D’abord que l’activité des radars de l’agglo ne suit pas une trajectoire linéaire.

Jayat et Jasseron en sont un bon exemple. Les deux appareils flashent dans les deux sens depuis septembre 2015.

Pendant que la productivité de l’un a continué sur sa lancée, celle du second a légèrement diminué.

Des chiffres difficilement explicables à première vue. Pour Francis Schwintner, responsable du service circulation et éducation routière à la Direction départementale des territoires (DDT), « une simple panne sur un appareil ou des dégradations peuvent avoir une influence sur son rendement ».

Et de préciser : « La hausse ou la baisse des contrôles n’a rien d’une science exacte. »

Moins d’accidents, mais (beaucoup) plus de tués sur les routes
Le bilan de la sécurité routière établi par les services de l’État dans le département en 2016 est mauvais.

Les chiffres confirment cette tendance sur le territoire de la communauté d’agglomération du bassin de Bourg et ce, même si le nombre d’accidents est légèrement en baisse, passant de 116 en 2015 à 105 l’an passé (-9,5 %).

Fait notable, la grande majorité des accrochages a lieu dans les communes de la première couronne de la ville centre, c’est-à-dire Bourg, Viriat, Péronnas et Saint-Denis-lès-Bourg.

Comptez 65 accidents sur 105 contre 80 sur 116 en 2015.

Mais LA mauvaise nouvelle émane du nombre de tués sur les routes de l’agglo. Dix-neuf personnes y ont perdu la vie en 2016, contre huit l’année précédente.

Ce qui constitue une hausse de la mortalité de plus de 130 %.

À titre de comparaison, cette augmentation est de « seulement » 55 % à l’échelle du département.

Pierre-Yves Royet.

Le Progrès du 19/02/2017

Carnet rose : Zélie

Grégory Bouilloux, métallier,
et Gwenaëlle Rollin, intérimaire,
ont la joie d’annoncer
la naissance de Zélie.

Elle a dévoilé sa frimousse le
13 février à 22 h 02 à la maternité
de Bourg-en-Bresse
et pesait 2,990 kg.

Lya, 3 ans,
l’a bien accueillie.

 

Le Progrès du 20/02/2017

L’aire d'autoroute de Jasseron, une belle vitrine pour la ville de Bourg en Bresse

Jusqu’à ce samedi soir, sur l’aire
de l’A40, les vacanciers en partance
pour le ski peuvent découvrir
ce qui se fait de mieux chez
nous. Pour les détendre, mais
aussi pour leur donner envie de
revenir à Bourg ou en Bresse.

"On a la chance de profiter des comptages d’APRR (Autoroutes Paris Rhin Rhône) sur le trafic. On sait que le pic du passage et des arrêts, ce sera vers 16 h 30, ça nous permet de nous adapter. »

À 15 heures, vendredi, sur l’aire de l’A40 Bourg-Teyssonge, Vivien Campion, de l’office
de tourisme, avait retrouvé le sourire.

Après un temps de canard et une faible affluence, les automobilistes ont commencé à converger vers le petit village préparé par ses troupes et la Ville.

Dans les neuf chalets était présenté ou vendu tout ce dont le pays est fier : le poulet de Bresse, le monastère royal de Brou, le folklore des Ébaudis, le comté ou la crème de Bresse.

Les automobilistes, un brin surpris, ont pris un peu plus de temps pour marquer leur pause, grâce aux jeux anciens en bois pour les enfants, au petit atelier golf, ou au jeu de passes animé par des joueurs de l’USBPA (Union sportive bressane pays de l’Ain).

Une seule fois en trente ans, une telle animation avait été proposée.

Et elle pourrait bien être reconduite.

Car tout le monde y trouve son compte.

Les touristes en transit, Bourg pour développer son image et donner aux automobilistes l’envie de revenir y séjourner.

« Les gens s’arrêtent plus longtemps. Cela va aussi dans le sens de la sécurité », confiait le directeur d’APRR.

L’impact d’un tel village ouvert sur deux jours de fort trafic, personne ne peut encore l’évaluer, mais quand l’émission d’Autoroute info racontant la Bresse est écoutée, comme
hier vendredi, par 700 000 automobilistes,


il ne peut être que positif.

O.L.

Le Progrès du 15/03/2017

De sa passion, il en fait sa profession

C’est à l’âge de 10 ans, que Stéphane Lévy, Messin d’origine, a découvert l’univers du modélisme. « C’est mon père passionné de ce loisir, qui m’a initié dès mon plus jeune âge.

Piloter un avion, a toujours été un rêve pour moi. J’aurais aimé être pilote de ligne ou de chasse ».

Après avoir pas mal bourlinguer, Stéphane, a posé ses valises dans notre département, et du même coup a repris contact avec l’aéromodélisme.

« Il y a tout juste, quatre ans, que j’ai repris les manettes d’un aéromodèle. Après 20 années d’interruption, j’ai vite repris les bons réflexes. Dans le même temps, je me suis inscrit à l’association des modélistes Jasseronnais : Bresse Mod’Ailes. Il y a un an, un ami du club, m’a fait découvrir le drone, et son pilotage. J’ai tout de suite adhéré à ce genre de discipline ».

Après un parcours professionnel atypique, l’informaticien de formation, reprend à 37 ans ses études. Il obtient en 2015 un master.

« A l’école de commerce de Lyon, après ma réussite à l’examen, on m’a donné comme conseil de sécuriser ou booster mes acquis. A partir de ce moment, j’ai décidé de donner une nouvelle orientation à mes projets, et six mois plus tard, je décidais de créer mon entreprise en relation avec les drones. « Afin de compléter, ma formation, et me permettre de piloter un drone, de façon professionnelle, j’ai passé le brevet théorique ULM. Dans ce domaine, la réglementation est draconienne ! ».

C’est donc en début d’année, que Stéphane, a créé son entreprise : Calyptone. « Réaliser des prises de vues aériennes à des fins techniques, c'est ce que Calyptone propose, indique Stéphane ».

Une entreprise qui n’a pas mis longtemps à prendre de la hauteur ! « J’ai signé mon 1er contrat la semaine dernière avec Dynacité : survoler plusieurs bâtiments, appartenant à la société, afin de faire une analyse d’éventuelles fuites thermiques, va être ma toute première mission ».

Mais Stéphane, a aussi un autre projet, qui lui tient à cœur : « Le pilotage de drone, intéresse de très nombreuses personnes, de tout âge, c’est pour cette raison que j’ai en projet de créer un centre de loisir pour l’apprentissage du pilotage de drone ».

Contact : 06.82.90.98.29

R.M..

Le Progrès du 22/03/2017
Carnet rose : Lilou

Lilou a fait entendre sa petite voix le 19 mars à 3 h 22 à la maternité de Bourg-en-Bresse et elle pesait 3,880 kg.
Cette belle poupée comble de joie ses parents, Mickaël Batonnier et Lucie Guillard, ravis d’avoir accueilli leur premier bébé.

Le Progrès du 22/03/2017
Carnet rose : Lilou

Laura Ecochard et Nicolas Beja sont heureux d’annoncer la naissance de Luna le 21 avril à la maternité de Bourg-en-Bresse.

Elle pesait 3,280 kg.

Le papa est chauffagiste et la maman, aide à domicile.

 

 

Associative

locale