<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> la mairie


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale


Page

1

2

Le Progrès du 10/04/2021
Bilan d'un an de présence à la gestion de la commune pour le nouveau maire

Il y a un an, le résultat des élections municipales coïncidait avec le début du premier confinement COVID.
A Jasseron, la nouvelle équipe élue a dû attendre pour récupérer les clés de la commune conservées par la municipalité suivant les consignes nationales.

retour sur l’année écoulée vécue par le maire

Sébastien Gobert, vous êtes maire de Jasseron depuis les dernières élections. comment avez-vous vécu cette première année de mandat ?
Le 15 mars nous avons été élus, le 17 nous avons été confinés. Nous avons pris nos fonctions le 23 mai.

Pendant le confinement, nous aurions souhaité commencer à travailler avec l’ancienne municipalité, mais malgré nos sollicitations, cela ne s’est pas réalisé. Pourtant cela nous aurait bien aidés.

Dès le 23 mai, nous avons concentré, tous nos efforts pour gérer la crise sanitaire dans la commune.

La gestion de l’école en cette période ne nous a pas facilité la tâche.

La longue absence d’une secrétaire de mairie a été, pour notre équipe toute nouvelle, un handicap pour découvrir les dossiers. Nous avons donc dû plus nous impliquer pour comprendre.

Comment s’est passée votre montée en compétences ?

Je suis admiratif de l’investissement de notre équipe. Nous n’avions pas mesuré la difficulté et l’ampleur de la tâche qu’il nous a fallu prendre en charge.
Surtout sans soutien de l’ancienne municipalité.

Aujourd’hui, les processus de fonctionnement de la commune sont maîtrisés.
Nous avons, malgré ces difficultés, déjà engagé des projets prévus dans notre programme.

Comment vivez-vous cette nouvelle vie de maire ?
A cause de cette crise COVID, Je regrette de ne pas connaître encore la vraie vie d’élu. Celle où on peut partager avec les gens, aller à leur contact, participer aux animations. Cette absence de relationnel avec la population nous prive de ses retours qui nous permettraient de mesurer leurs sentiments par rapport à notre fonctionnement et nos actions.

Depuis, je suis devenu, également, conseiller délégué à la CA3B. Ça me prend du temps, mais ça apporte beaucoup à la commune.

Comment voyez-vous l’avenir ?

Pour l’avenir, nous allons continuer sur la base du programme pour lequel nous avons été élus. Nous avons déjà engagé beaucoup de dossiers. Le prochain sera la sécurisation des voies routières. Puis suivront les réflexions sur le pôle périscolaire, sur la rénovation du cœur de village et bien d’autres dossiers.

Des ateliers participatifs vont être créés pour travailler sur ces dossiers et nous allons nous faire accompagner par des organismes spécialisés des administrations.

Comment se passent vos relations avec les élus du groupe minoritaire ?
Nous regrettons le manque de collaboration mais nous avons passé outre. Nous faisons sans eux, je le regrette, mais nous avançons en essayant de faire pour le mieux.

D.D.

Le Progrès du 13/04/2021

Les quatre conseillers du groupe minoritaire font le bilan d'un an de cohabitation

Depuis les dernières élections municipales quatre conseillers de la liste menée par Alain Mathieu, maire sortant, font partie du groupe minoritaire au conseil municipal.

Véronique Lamur, Aziza Krimou, Gérard Mucke et Jean-Yves Cattin sont déçus par ce qu’ils vivent aux côtés de la nouvelle équipe depuis un an.

« Nous avons l’impression qu’on veut défaire tout ce qu’on a fait » commentent-ils. « Notre problème principal est un problème de communication. Nous sommes très peu informés de ce qui se passe, alors que nous représentons presque la moitié des habitants, si on se réfère aux résultats du vote » poursuivent-ils.

Ils considèrent également que les Jasseronnais ne sont pas informés de leurs remarques faites en séance, car le procès-verbal du conseil municipal n’est pas publié. « Il faut faire la démarche d’aller en mairie pour le lire » précise Gérard Mucke. Ils souhaitent que ce compte rendu précis soit affiché sur le site internet pour plus de transparence.

Le manque de concertation avec eux sur les projets importants est également un reproche fait à la nouvelle municipalité. "Beaucoup de projets sont communs avec notre programme et nous souhaitons faire entendre nos remarques pour enrichir les réflexions sur la vie de la commune."

Les réductions des subventions vers les associations, l’absence de travail en commission, le manque de soutien au commerce local sont des griefs qui sont encore faits à l’encontre du groupe majoritaire.

"Pour l’avenir, on reste malgré tout motivés. Nous ne sommes pas fondamentalement contre tous les projets, mais on souhaite être plus reconnus et être plus présents dans les décisions qui concernent la commune" concluent-ils.

D.D.

Le Progrès du 21/04/2021

Des réflexions autour des déplacements doux dans la commune

La question sur les déplacements alternatifs aux véhicules motorisés était inscrite au programme des dernières élections municipales de l’équipe en place.

Lysiane Couzot et Adrien Bour, aux commandes d’un groupe projet sur le sujet nous présentent une action lancée autour des déplacements à l’école.

"L’objectif global, en lien avec le projet "cœur du village" est d’établir un plan de déplacement urbain." nous expliquent les 2 élus.
"La première étape est de travailler autour des déplacements vers l’école, mais le but final est bien de trouver des moyens de déplacement alternatifs à la voiture dans le village.
Nous allons chercher des solutions de déplacements "doux" vers l’extérieur de la commune en intégrant la sécurité des piétons et des cyclistes et nous allons encourager les habitants à les utiliser".

Une participation des écoliers et de leurs parents

Pour le projet concernant l’école, un questionnaire a été distribué à tous les enfants.
Avec les enseignants, ils ont rempli une partie du document et les parents l’ont complété à la maison.

Ce sondage, qui a intéressé les familles puisque 120 retours ont été comptés sur les 135 familles qui fréquentent le groupe scolaire, va permettre de faire un état des lieux sur les déplacements vers l’école.
Comment viennent les enfants à l’école ? Pourquoi n’utilisent-ils pas les solutions alternatives à la voiture et quels sont les freins rencontrés pour cela ? Les réponses à ces questions, parmi d’autres, vont être analysées afin d’identifier les causes ainsi que les points sensibles et dangereux dans la commune qui obligent à utiliser la voiture pour emmener les enfants à l’école.

Au-delà des quelques habitants qui viennent aider les élus dans ces actions, de nombreux parents semblent très intéressés et se sont proposés pour travailler sur le sujet.

D’autres actions en cours sur les modes de déplacement alternatifs

La fête du vélo qui avait pour objectif de faire découvrir les possibilités de déplacements en deux roues dans la commune faisait partie des animations organisées sur ce sujet dans les actions prévues. Elle a dû être reportée à cause de la COVID.

En parallèle, les porteurs de ce projet global, participent au groupe de travail intercommunal "mon village bouge" qui réunit neuf autres villages et depuis peu, des représentants de la CA3B.

La commune de Jasseron est également présente à la commission mobilité de la CA3B.

D.D.

Le Progrès du 24/04/2021

Une mobilisation pour diminuer les déjections canines et les déchets sauvages

Dans le cadre du groupe de travail sur les incivilités une action vient d’être lancée sur les déjections canines et les déchets sauvages vers les containers de tri sélectif.

Cendrine Marty-Lohez est conseillère municipale et a pris en charge un projet pour réduire les incivilités.

Dans ce contexte, elle a constitué un groupe de travail sur ce sujet en invitant les habitants intéressés à la rejoindre.

Deux premières réunions ont permis d’identifier les sujets qui entrent dans le projet global et une première action, qui semble prioritaire a été lancée.

Des membres qui participent au groupe de travail sur les incivilités se sont réunis récemment dans le village pour mettre en place des affiches qui ont pour objectif de sensibiliser la population sur les "cacas de chiens" et sur les déchets que certaines personnes n’ont pas le courage de déposer aux endroits appropriés comme les déchetteries.

Au préalable, Cendrine a conçu des affiches humoristiques sur ces sujets qu’elle a pu fixer sur des pancartes construites par les agents communaux.

Une dizaine de pancartes ont été installées à divers endroits de la commune dans l’espoir que les personnes concernées seront assez intelligentes pour les comprendre et respecter l’environnement et les espaces publics.

"Nous avons lancé une action préventive et nous souhaitons rester sur ce type d’actions autant que possible, en sachant, qu’en finalité, le maire peut dresser des contraventions pour ces types d’incivilités." précise Cendrine.

Dans la continuité, le groupe va étudier la construction, par lui-même, de quelques distributeurs de "sacs à crottes" pour compléter l’action.

Les prochaines réunions vont traiter des bruits et des problèmes de voisinage.

D.D.

Le Progrès du 30/04/2021

Un nouvel équipement sportif pour les jeunes

Ils le souhaitaient et le demandaient depuis des années, voir des décennies. Les jeunes peuvent enfin profiter du nouvel équipement sportif qui vient d’être construit vers la salle des sports.

Un peu abandonné au fil des années, le complexe sportif communal comportant une salle de sport, un terrain de foot, des courts de tennis et une plateforme extérieure de basket va reprendre vie avec les travaux qui viennent de se réaliser.

La nouvelle municipalité, vient de tenir une de ses promesses de campagne électorale en mettant en service, sur ce site, un espace sportif pour les jeunes.

Le contenu et le lieu d’implantation de cette réalisation ont été décidés suite à des études environnementales et à la suite d’un sondage réalisé auprès de la population.

Celui-ci a montré que la demande de structures de loisirs est forte, surtout parmi les jeunes de moins de 24 ans qui représentent plus du quart de la population de la commune. Le souhait d’un "city-stade" et d’un "Street Workout" ont été plébiscités devant le choix d’un "skate park".

Une première partie du projet vient d’être réalisée sur la plateforme extérieure du basket. Un des deux terrains a été utilisé pour installer le City stade. L’autre va conserver un panneau de basket et accueillera dans quelques temps le "Street Workout".

L’éclairage extérieur de la plateforme a été réparé pour permettre l’utilisation des terrains en soirée.

Le City stade offre la possibilité, dans un espace grillagé, peint aux couleurs de la commune, de jouer à plusieurs sports comme le hockey, le handball, le volley, le foot, le foot tennis.

Cette réalisation s’inscrit dans un projet plus global qui prévoit, d’une part la création d’une voie douce sécurisée depuis le village jusqu’à la salle des sports et d’autre part, la construction, à côté de l’école, d’un espace ludique extérieur pour les petits.

D.D.

Le Progrès du 06/05/2021
La municipalité s'organise pour la distribution des sacs poubelle

Ce dimanche et dimanche prochain, le chalet des associations installé sur la place André Galland est utilisé par la municipalité, pour la distribution des sacs-poubelles.

Chaque famille de Jasseronnais a pu ou va pouvoir venir récupérer des rouleaux de sacs poubelle, fournis par la CA3B, en fonction du nombre de personnes présentes dans le foyer.
Cette distribution, qui existe depuis déjà quelques années, se déroulait sur une seule matinée. Les personnes indisponibles ce jour-là pouvaient se rendre à la mairie.

Dans le cadre du contexte sanitaire actuel, la municipalité a préféré étendre la distribution sur deux dimanches pour éviter des visites trop fréquentes à la mairie en dehors de ces deux journées.

Depuis quelques années, la collecte des ordures ménagères n’est plus gérée par les municipalités mais par la CA3B, organisme qui mutualise des compétences pour 74 communes et plus de 130 000 habitants.

Actuellement la CA3B étudie l’homogénéisation de gestion de la récolte des ordures ménagères sur la totalité des communes de l’agglomération du Grand Bourg. Cette opération de fourniture des sacs-poubelles pourrait être remplacée par un autre système.

prochaine distribution des sacs-poubelles le dimanche 9 mai au chalet des associations place André Galland aux horaires du marché.

D.D.

Le Progrès du 24/05/2021
Après la fin du confinement,
les associations peinent à relancer leurs activités

Si les établissements publics peuvent rouvrir leurs portes au public, les associations, culturelles, sportives ou de loisirs peuvent de nouveau proposer à leurs adhérents les activités mises en veille depuis le deuxième confinement.

Christiane Verne, adjointe au maire, en charge de la vie associative reçoit, actuellement, un responsable de chaque association individuellement accompagné du conseiller municipal référent afin de faire un point sur leur situation.

Une vie associative difficile à réveiller

Elle constate que, si quelques rares associations ont réussi à maintenir une activité durant la deuxième période de confinement, pour la plupart la vie associative s’est mise en sommeil.

Les informations remontées par les responsables d’associations déjà reçus montrent des difficultés à faire revenir les adhérents pour relancer les activités.

"les bénévoles ont perdu l’habitude d’œuvrer pour leur association et ont du mal à se remotiver pour s’investir.

Par exemple, les associations trouvent difficilement des adhérents pour tenir la buvette associative, qui peut de nouveau être ouverte le dimanche matin dans le chalet dédié pendant le marché. Pourtant cette animation apporte de la visibilité et du financement" explique-t-elle.

"Certaines associations sont frileuses pour reprendre leurs activités. Les responsables ont tellement été sensibilisés pendant les périodes de confinement qu’ils ont des craintes à réorganiser des manifestations." continue-t-elle.

Pour elle, le deuxième confinement a "assommé" les bonnes volontés par les risques encourus.

Des intervenants indisponibles

Les associations rencontrent également un autre problème dans l’organisation des animations.

La mise au ralenti des activités culturelles et de loisirs a déréglé les calendriers des manifestations et modifié la disponibilité des artistes ou autres intervenants.

Les spectacles ou autres fêtes sont donc difficiles à programmer

D.D.

Le Progrès du 27/05/2021

La biodiversité locale à la loupe

Quelles sont la faune et la flore présente sur notre commune ? comment les repérer ? comment mettre en place la transmission de ses connaissances aux générations futures ?

Ces quelques questions font partie de bien d’autres que le groupe projet, nouvellement lancé par la municipalité sur le sujet de la biodiversité, s’est posé ce samedi matin pour la première réunion du groupe.
Une quinzaine de participants était présente sur la vingtaine qui a montré son intérêt pour participer aux travaux sur ce thème écologique.
Guillaume Maréchal, conseiller municipal et Caroline Bouton, adjointe au maire, en charge de ce projet pour la municipalité, souhaitent aboutir, dans un premier temps, à un inventaire de la faune et de la flore locale afin d’avoir une meilleure connaissance de notre environnement naturel.

Une volonté de sauvegarde du patrimoine naturel

"Notre objectif à travers ce groupe projet est d’informer, de sensibiliser et de mobiliser les habitants de Jasseron pour conserver la richesse de notre patrimoine naturel" expliquent-ils.
Ce premier travail fournira une base pour lancer des actions auprès et avec la population et les écoliers. Des partenaires comme le syndicat de la Reyssouze pour l’eau, ou France Nature Environnement (FNE) pour la biodiversité seront sollicités en soutien.
"Nous souhaitons construire un atlas de la biodiversité, qui servira à inventorier notre environnement naturel. Ce document pourra être utilisé lors des travaux d’urbanisme et de développement de la commune. Des pages du site internet de la commune seront dédiées à cela." précisent-ils.
Avec le soutien technique de la FNE, Caroline et Guillaume sont en train de monter un dossier pour répondre à l’appel à projet de l’office français de la biodiversité qui soutient financièrement ce type d’initiative.

Une association pour un jardin découverte

Lors de cette première réunion, Guillaume Maréchal a lancé un appel à renfort pour créer une association qui gérerait, sur une parcelle communale, un jardin potager découverte. "L’objectif de ce projet est de créer de l’émulation et de l’échange et du partage sur des sujets comme les méthodes de jardinage, la gestion de l’arrosage, les différentes plantes ou tout autre sujet autour de la richesse de notre territoire." explique-t-il.

Les personnes intéressées par les sujets traités par le groupe projet biodiversité peuvent s’inscrire en mairie.

D.D.

retour vers page 1

Associative

locale