<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> la maison St Joseph


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale


La Maison de retraite Saint Joseph en 2014
Le Progrès du
 
23/03/14

Maison de retraite Saint Joseph: un établissement en perpétuelle évolution

15/06/14

L’arrivée de l’été, à la maison de retraite, ça se fête avec 300 convives

19/08/14

Une nouvelle centenaire à la maison de retraite

20/09/14

Des voitures anciennes à la maison de retraite

22/09/14

Le personnel de la maison de retraite s’associe à la journée mondiale d’Alzheimer

Le Progrès du 23/03/2014
Maison de retraite Saint Joseph :
un établissement en perpétuelle évolution

La maison de retraite Saint Joseph, havre de paix pour personnes âgées, n'est pas un établissement d'hébergement pour personnes dépendantes comme les autres.

D'abord parce qu'il est régit par un statut associatif et qu'il n'a donc aucune visée lucrative, ensuite parce qu'il est géré par un directeur, Dominique Gelmini, dont la motivation reste exceptionnelle et, enfin, parce qu’il est en perpétuelle évolution.

Preuve en est, les nombreux projets qui sont actuellement menés par l'équipe dirigeante et qui devraient aboutir dans les prochains mois.

Des projets qui ont pour objectif de replacer les résidents au cœur de leur lieu de vie et de les rendre ainsi plus autonomes.

Le premier d'entre eux est l'aménagement de l'espace de restauration collective associé à une amélioration de l'instant repas.

"Nous voulons symboliser un restaurant" précise Dominique Gelmini, par un service à l'assiette, de nouvelles façons de cuisiner et la formation des personnels aux textures modifiées.

Le second objectif est de transformer le parc actuel, déjà magnifique, en un espace de déambulation partagé en différentes zones : un espace forêt, une espace verger, un autre pour la prairie...

Dans ce parc, tout un écosystème sera crée permettant aux résidents et à leurs visiteurs d'évoluer dans un milieu naturel agréable.

Le coût des travaux est estimé à 1 100 000 €, entièrement financé par des prêts et de l'apport personnel.

Le troisième projet, qui a débuté il y a 18 mois maintenant, concerne le circuit du médicament.

En partenariat avec plusieurs établissement et notamment la pharmacie de Ceyzériat, le but est ici d'assurer une traçabilité complète du médicament, de sa fabrication jusqu'à sa distribution.

Le risque d'erreur sera ainsi limité et le nombre de médicaments distribués sera maîtrisé pour éviter la iatrogénése médicamenteuse.

Enfin, et pour sortir du monopole du médicament dans les soins, des solutions palliatives sont petit à petit mises en place telles que le Shiatsu, la sophrologie, ou d'autres médecines parallèles.

La liste d'attente à l'entrée dans l'établissement reflète bien le dynamisme reconnu de la Maison de retraite jasseronnaise.

Ils sont près de 140 à attendre leur ticket d'entrée pour une capacité d'hébergement fixée à 105 lits.

Dominique Gelmini : un directeur aux multiples projets.

Il suffit de l'entendre parler quelques minutes de l'établissement qu'il dirige depuis 15 ans maintenant pour comprendre qu'il n'est pas homme à s'endormir sur ses lauriers.

Il suffit de l'entendre parler quelques minutes de l'établissement qu'il dirige depuis 15 ans maintenant pour comprendre qu'il n'est pas homme à s'endormir sur ses lauriers.

Lorsqu'il en a pris les rênes en 1999, la maison de retraite Saint Joseph était une structure comprenant 30 salariés avec une capacité d'accueil de 77 couchages.

C'est notamment grâce à son dynamisme et à ses convictions personnelles qu'elle est devenue une structure souvent citée en exemple dans le milieu des EHPAD.

Il est aujourd'hui à la tête d'une véritable PME, composée de 80 salariés et de 105 hôtes permanents.
Pourtant rien ne prédestinait ce natif de Bourg-en-Bresse à une telle aventure. Longtemps employé d'une agence bancaire, ce sont les hasards de la vie qui l'ont conduit à ce poste dans lequel il marque de son empreinte ses qualités humaines et son enthousiasme professionnel. Preuve de sa détermination et alors âgé de 40 ans, il a repris ses études pour obtenir une maîtrise de gestion des établissements sociaux et médico-sociaux. A 58 ans et la retraite approchant, il a comme seule inquiétude de ne pas avoir assez de temps pour mener à terme tous les projets qu'il a en tête.

Maison de retraite Saint Joseph : Des origines à nos jours

C'est en 1844 que la congrégation de sœurs de Saint Joseph, avec pour missions de répondre "à toutes œuvres de miséricorde, tant spirituelles, que corporelles dans la simplicité et la cordiale charité" se sont installées sur la commune de Jasseron.

En 1850, elles achètent la maison de Thomas Riboud avant de faire l'acquisition de plusieurs autres bâtiments leur permettant de vivre en communauté et en autarcie.

Du fait du vieillissement des sieurs et de la diminution de leur nombre, ces dernières s'ouvrent peu à peu aux services des laïcs jusqu'à fonder l'association Maison Saint Joseph en 1989.

Après une période d'extension et de réhabilitation, une unité spécialisée pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer et troubles apparentés de 26 places est créée en 2008.

En 2003, la Maison Saint Joseph est classée en établissement hébergeant des personnes âgées dépendantes (EHPAD)

S.G.

Le Progrès du 15/06/2014
L’arrivée de l’été, à la maison de retraite,
ça se fête avec 300 convives

L'arrivée de l'été, à la maison de retraite, ça se fête !

Comme chaque année à la même époque, une journée est organisée pour célébrer la saison qui permet aux résidents de profiter pleinement du magnifique parc entourant les murs de la résidence.

Parmi les invités amis, familles des résidents et élus, dont le Maire de la Commune, sont venus nombreux pour constituer une table de presque 300 couverts.

Au service de tout ce beau monde, le personnel de la maison de retraite s'est entièrement mobilisé pour assurer l'organisation d'un repas très apprécié.

En outre, Cécile Liébaud a, par sa voie toujours si chaleureuse, fait chanter et danser quelques inconditionnels du répertoire de la chanson française.

Chant, repas, convivialité, Cécile Liébaud, soleil : pour certain, vendredi 13 est sans aucun doute synonyme de jour de chance.

S.G.

Le Progrès du 19/08/2014
Une nouvelle centenaire à la maison de retraite

Madame Anne-Marie Bastien
a eu 100 ans le 16 août 2014.

Anne-Marie Bastien est originaire de la Côte d’Or où elle a vu le jour à Comblanchien, petit village à proximité de Nuits-st-Georges.

Née le 16 août 1914, soit quinze jours après la déclaration de la guerre, elle n’aura pas connu son père, mobilisé et mort en novembre 1918, si ce n’est par les poèmes qu’il lui aura laissés, voire dédiés.

Après des études l’ayant menée au brevet supérieur, elle entre à la Poste (pour la petite histoire, elle est recalée au concours d’Ecole Normale à l’examen médical, car « de faible constitution » !) et fait des « intérims » dans les villages du Châtillonnais, dont elle gardera de nombreux souvenirs.

Elle y rencontrera son futur mari, Olivier, travaillant à la SNCF, avec qui elle fonde une famille qui leur donnera 5 enfants, 3 garçons et deux filles. Ils habitent Dijon dans une petite maison avec jardin.

Désormais, elle se consacre à la maisonnée.

Elle habille toute la famille cousant et tricotant, et s’occupant avec passion des fleurs du jardin.

Le sort ne l’épargne pas avec la perte accidentelle de son plus jeune fils de 18 ans.

Elle ne s’en remettra jamais jusqu’à ce qu’elle perde la mémoire. Puis, son mari mort de maladie à 75 ans et ses 2 autres fils lui succéderont à 7 ans d’intervalle. En 2003, elle se retrouve seule à Dijon, dans sa maison.

Elle jouit d’une excellente santé mais la « tête » lui fait défaut de plus en plus.

Ses 2 filles, loin, se relaient afin de lui permettre, selon son vœu le plus cher, de rester chez elle.

C’est une solitaire ; elle ne fréquente pas les clubs ; ce qu’elle aime, c’est la promenade au jardin, la lecture du journal (qu’elle lit encore), la chaise près de la rue.

Elle demeurera dans sa maison jusqu’à l’an dernier avec un service d’aide à domicile.

Puis, après quelques mois en maison de retraite à Dijon, elle entre en février de cette année à la maison Saint-Joseph de Jasseron, à proximité de sa fille Danielle habitant depuis de nombreuses années à Ceyzériat.

Bien entourée par le personnel, elle s’y adapte plutôt bien, conservant son caractère solitaire, mais heureuse de voir du monde autour d’elle.

Son pêché mignon : le chocolat.

S.G.

Le Progrès du 20/09/2014
Des voitures anciennes à la maison de retraite

Ce Jeudi, ce sont les véhicules anciens qui ont été mis à l'honneur à la maison de retraite Saint Joseph de Jasseron.

Les résidents ont ainsi eu l'opportunité de rajeunir de quelques années en admirant ces véhicules de collection et en faisant une promenade à bord.

Ces derniers ont été mis à disposition, en compagnie de leur chauffeur, par le comité d'organisation des S de Treffort-Cuisiat, à la tête du quel, on retrouve Marc Currat, bien connu des jasseronnais.

Cette manifestation était particulière car elle concernait plusieurs établissements, précise Anne-Marie Oyselet de l'association Les Amis du cœur 01.

« Nous sommes allés chercher des résidents de deux autres maisons de retraite avant de venir à celle de Jasseron.

Sont ainsi venus, à bord des véhicules anciens, des résidents du Doyenné de Brou de Bourg-en-Bresse et du Cercle des aînés d'Ambérieu-en-Bugey ».

Parmi les voitures présentées, c'est une décapotable qui a été particulièrement admirée et appréciée, grâce à ce beau jour d'été indien.

S.G.

Le Progrès du 22/09/2014
Le personnel de la maison de retraite s’associe à la journée mondiale d’Alzheimer

Dans le cadre de la journée mondiale d'Alzheimer, le personnel de la maison de retraite affecté à cette unité, a souhaité participé à un grand mouvement de solidarité.

Ainsi une quinzaine d'agents regroupant des animateurs, du personnel technique et des membres de l'équipe soignante, s'est mobilisée pour vendre des sachets de lavande, de la confiture ou encore des paquets de bonbons pour récolter des fonds qui serviront à améliorer le quotidien des résidents.

Installé sous le kiosque du jardin de l'établissement, ils ont également répondu aux questions des donateurs qui s'interrogeaient sur la maladie. "C'est une façon très conviviale de rappeler quelles sont les conséquences de la maladie et d'insister sur le fait, qu'en l'absence de traitement curatif, et malgré les progrès de la science, le vrai remède consiste à passer du temps avec les patients."

C'était la seconde édition de cette manifestation qui rencontre un beau succès et qui devrait se pérenniser à l'avenir. 

Contact et dons éventuels : 04 74 30 01 77 

S.G.

 


 

Associative

locale