<%@LANGUAGE="JAVASCRIPT" CODEPAGE="1252"%> la maison St Joseph


écrire :
d.durif@wanadoo.fr

découvrez
les albums photos
en cliquant sur le lien

en bas des articles
marqués de ce logo



mensuelle

Communale


La Maison de retraite Saint Joseph en 2015
Le Progrès du
 
28/02/15

La maison Saint Joseph, chef de file d'une démarche de développement durable

01/04/15

Des liens unissent enfants et seniors

le Jasseronet

Les 100 de Louis Neyroud

24/10/15

Mieux manger, moins jeter à la maison de retraite

Le Progrès du 28/02/2015
La maison Saint Joseph, chef de file d'une démarche de développement durable

C'est une initiative dont peut-être extrêmement fier la Maison de retraite de Jasseron. En s'associant à une expérimentation nationale intitulée Action Développement Durable au service du grand AGE (ADD'AGE), elle rejoint 14 autres sites pilotes qui ont pour objectif de repenser leur mode de fonctionnement et favoriser ainsi une politique de développement durable dans le secteur médico-social.

Supervisé par la FNAQPA, Fédération Nationale Avenir et Qualité de vie des Personnes Agées, ce projet vise à mener une démarche de responsabilité et proposer une approche innovante et moderne au service de tous : personnes âgées, familles, professionnels du secteur et pouvoirs publics.

Car, malgré les apparences, les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) sont confrontés à de nombreuses problématiques d'ordre économique, social, environnemental mais aussi à l'évolution des attentes des personnes âgées et de leurs proches.

Pour mener à bien ce projet, tous les protagonistes se rencontrent régulièrement pour faire le point sur leurs avancées.

Pour cela aucun domaine n'est épargné : politique d'achat, gestion de l'énergie, gestion des déchets, pratiques d'accessibilité, aménagement des locaux....

Après la phase expérimentale qui devrait se terminer en septembre 2015, un rapport final reprenant l'ensemble des préconisations sera rédigé par la FNAQPA et adressé à l'ensemble des professionnels du secteur afin d'inciter tous les établissements à s'engager dans cette démarche d'avenir.

Rencontre avec Dominique Gelmini, directeur de la maison de retraite Saint Joseph.

Jasseron : « Nous sommes passés de 9,5 à 5,2 tonnes de déchets alimentaire en un an »

Quelles sont les raisons qui vous ont conduit à vous associer à la démarche ADD'AGE ?
Je considère que la responsabilité sociale et sociétale des établissements de soins doit s'adapter aux exigences contemporaines et notamment celles liées à l'efficience des organisations ou au respect de l'environnement.

Il est donc nécessaire de revisiter la notion de qualité d’accompagnement de la personne âgée au regard des critères écologiques, économiques et sociaux.

Notre investissement dans ce projet est aussi passionnant qu'il est nécessaire.

Quelles sont les actions que vous avez initiées au sein de votre établissement ?
Nous avons mis en place des actions avec un effet immédiat comme la mise en place de récupérateur de piles, l'installation d’un sous compteur d’eau, ou encore l'achat d’un véhicule hybride.

Nous sommes très attentifs aux matériaux utilisés dans le cadre de nos travaux de rénovation et d'agrandissement.

Un travail impressionnant a également été réalisé sur les déchets alimentaires puisque l’établissement est passé d’une estimation annuelle de 9.5T en avril 2014 à 5.2T aujourd’hui.

Nous avons pour ambition de tomber à 1.5T d’ici juin 2015.

Nous ne nous interdisons aucune piste de réflexion.

D'ailleurs, nous orientons d'autres études vers une gestion électronique documentaire, l'achat d'une machine à vapeur et nous sommes très attentifs aux matériaux utilisés dans le cadre de nos travaux de rénovation et d'agrandissement.

Comment avez vous réussi à diminuer d'autant vos déchets alimentaires ?
Nous sommes passés par plusieurs étapes avec d'abord une réflexion sur les menus et les quantités achetés et un travail sur le visuel en lien les professionnels et les résidents.

Ensuite, nous avons instauré un service à l’assiette évitant le gaspillage.

Enfin, les petits déjeuners sont maintenant servis dans les étages et non plus dans la salle à manger afin que les résidents aient le temps de manger plus tranquillement.

Au niveau local, qui participe à ce projet ?
Un comité constitué de volontaires a été crée.

Il regroupe des salariés de l'établissement.

Le rôle de ce dernier est primordial car il à pour objectif de faire ou de relayer des propositions et d'en mesurer les conséquences une fois qu'elles sont mises en place.

Grâce à ce comité, notre démarche est considérée comme très participative et fédératrice.

S.G.

Le Progrès du 01/04/2015
Des liens unissent enfants et seniors

Comme tous les mardis depuis la rentrée et la mise en place de la réforme des rythmes scolaires permettant aux enfants de l'école primaire de bénéficier d'activités durant les temps péri-scolaires, un groupe d'enfants s'est rendu à la maison de retraite.

En l'espèce, ils étaient 13 issus de la classe de CM1 à préparer des boules de coco sous l’œil et les conseils avisés de leurs aïeuls.

Parmi les nombreuses activités qui ont été mises en place, celle de la maison de retraite fait partie de celles qui ont le plus de sens.

Un voyage intergénérationnel dans lequel les gens apprennent à se connaître et à envisager l'autre différemment, un partage de valeurs et de connaissances, une mutualisation de l'espace temps sont autant de principes mis en exergue.

Selon Alexandra Bastide, l'adjointe au Maire, déléguée aux affaires scolaires, « Après des débuts hésitants, c'est une activité qui nous semble aujourd'hui essentielle si l'on se réfère au but même des temps péri-scolaires qui est d'initier les enfants à des disciplines ou des pratiques qu'ils n'ont pas forcément l'opportunité de côtoyer dans leur quotidien »

En outre, ce lien intergénérationnel est favorisé par le personnel de la maison de retraite qui joue pleinement le rôle d'intermédiaire et de facilitateur.

« Il a fallu instaurer un climat de confiance propice au dialogue et nous y sommes aujourd'hui arrivé à tel point que certains résidents attendent le mardi avec impatience » précise Dominique Gelmini, le directeur de l'établissement.

Une belle initiative donc qui fait un pied de nez à la résistance au changement.

S.G.

Le Jasseronet d'octobre 2015
Les 100 de Louis Neyroud

Un bel évènement s’est récemment déroulé à la maison de retraite Saint-Joseph à Jasseron.

Au cours de l’après-midi mensuelle réservée pour fêter les anniversaires des pensionnaires nés en septembre, Louis Neyroud a été un peu plus mis à l’honneur que ses voisins car il fêtait ses 100 bougies.

Son fils Jacques, la municipalité de Jasseron ainsi que des représentant de celle de Chaley, son village d’origine, étaient également présents pour cet évènement.

L’équipe d’animation avait préparé un bel hommage émouvant à ce jeune centenaire en retraçant son siècle de vie

De son Bugey natal où il a passé sa jeunesse, il part pour réaliser son service militaire puis à la guerre ou il sera fait prisonnier. C’est pendant cette étape marquante de sa vie en Allemagne, qu’il apprendra son métier de tourneur-fraiseur.

A son retour, il se marie avec Yvonne auprès de qui il vit toujours actuellement à la maison Saint-Joseph.

De cette union naît leur fils Jacques qu’ils élèveront dans le bonheur et la simplicité.

Les personnes qui l’ont côtoyé lui reconnaissent la qualité d’avoir su traverser les époques avec loyauté, courage, générosité, solidarité et l’optimisme qui le caractérise.

Ses voisins résidents de la maison Saint-Joseph aiment à dire qu’il forme avec sa femme, un couple uni, complice et plein de tendresse.

Amateur de jardinage, de pêche à la truite mais surtout de lecture, c’est un livre sur les 101 communes du département de l’Ain que Louis s’est vu remettre en cadeau d’anniversaire.

D.D.

 

Le Progrès du 21/10/2015
Mieux manger, moins jeter à la maison de retraite

L’établissement fait partie des quinze structures pilotes du projet de développement durable au service du grand âge. Visite ce vendredi de la secrétaire d’État, Laurence Rossignol.

On sert les plats chauds à l’assiette.

Ce qui permet de personnaliser les menus par rapport à l’appétit de chaque résident.
Les assiettes reviennent vides. »

Ce vendredi matin, le directeur Dominique Gelmini fait visiter l’Ehpad (1) SaintJoseph de Jasseron à Laurence Rossignol, secrétaire d’État chargée de la Famille, de l’enfance, des personnes âgées et de l’autonomie.

L’établissement fait partie des quinze structures pilotes du dispositif Add’age à l’échelon national.

Add’age, pour action développement durable au service du grand âge, consiste à faire des maisons de retraite « des lieux d’initiative et d’innovation », d’insuffler « une éthique écoresponsable qui irriguera le fonctionnement de l’établissement », s’enflamme la ministre.
Application concrète à la maison SaintJoseph de Jasseron.

Adjonction de panneaux solaires, changement des ampoules en LED et réduction des lumières dans les parties communes, approvisionnements en circuit court et lutte contre le gaspillage alimentaire à la cantine, tri et recyclage des déchets…

Depuis deux ans, l’Ehpad multiplie les actions en faveur du développement durable.

7,5 tonnes de déchets en moins Résultats ? « Au-delà de nos espérances », selon Didier Sapy, directeur général de la FNAQPA (2).

« En six mois, nous avons divisé la quantité de déchets alimentaires par cinq, de 9,5 tonnes à 2 tonnes par an, cite Dominique Gelmini. Ce qui génère une économie supérieure à 30 000 euros. »

Toujours ça de gagné en ces temps de budgets contraints.

Audelà, Add’age parle implication, bien-être et mieux-vivre des résidents. Laurence Rossignol a annoncé la mise en place d’une charte « Mieux manger, moins jeter », en espérant qu’elle débouche sur un label.

Bémol. Cette version reliftée de la chasse au gaspi ne dit rien des causes profondes du malêtre en maisons de retraite. À savoir le manque criant de moyens humains et financiers. Ou l’absence de médecin à la maison de Jasseron depuis le départ en retraite du toubib du village…

1) Ehpad : Établissement d’Hébergement pour personnes âgées dépendantes.
2) FNAQPA : Fédération nationale avenir et qualité de vie des personnes
âgée.

Marc Dazy.

 


 

Associative

locale